Publié dans Société

Audiovisuel - « La radio, un outil d’union et de destruction »

Publié le dimanche, 14 février 2021



Plus de 500 stations radiophoniques existent à Madagascar. La Radio nationale malagasy (RNM) reste la doyenne avec ses 90 années d’existence, un évènement à marquer pour cette année. « La radio est à la fois un outil de communication, d’information, d’éducation et de loisirs. Elle permet à la société de se sensibiliser sur divers sujets la concernant », s’exprime Soava Andriamarotafika, président de l’association des journalistes des radios privées de la Grande île. « La radio est un moyen efficace pour faire passer des messages ou des idéologies. Elle peut contribuer à la reconstruction d’un pays ainsi qu’à la réconciliation. Elle peut également soutenir la destruction et la désunion, notamment si elle est utilisée pour véhiculer la haine, les rumeurs, les mensonges ou encore pour une incitation à la guerre tribale et à la rébellion », affirme Lalatiana Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la Culture (MCC). Le député Fetra Rakotondrasoa, journaliste et président de la Commission Communication et Culture auprès de l’Assemblée nationale, confirme ce fait. « La radio ne devrait pas servir d’outil politique. Seuls les professionnels devraient s’en emparer », souligne-t-il. C’était samedi dernier dans la cour de l’ORTM Anosy, à l’occasion de la célébration officielle de la Journée mondiale de la radio (JMR).
Salon de la radio
« Nouveau monde, nouvelle radio ». Tel a été le thème adopté pour la célébration de la JMR. Celle-ci étant actuellement à sa 10ème édition pour Madagascar. La majorité des stations radio implantées dans la Capitale ont participé à l’évènement, samedi dernier. Le Salon de la radio  a été organisé en leur honneur, avec la participation des établissements supérieurs de formation en communication et journalisme. Outre les stands d’exposition, la journée a été une occasion pour les professionnels de la radio de faire un partage de leur travail, de leur rôle et de leurs vécus quotidiens. Ayant existé depuis 110 ans, la radio s’est améliorée avec le temps. « La première radio stéréo a existé en 1998, avant le basculement vers la radio numérique terrestre, quelques temps après. Quant à l’administration et les ressources humaines, les professionnels de la radio, notamment les journalistes et animateurs, deviennent de plus en plus compétents. Ils maîtrisent mieux leur "job". Aucun "blanc" n’est plus constaté et le programme s’avère bien ordonné », constate un directeur général d’un groupe de formation.
Notons que la radio contribue à l’éducation civique et citoyenne. Toutes les émissions diffusées y contribuent. Aussi, bon nombre de stations radio du pays adoptent les nouvelles technologies pour innover et se rapprocher davantage de la population, en tant qu’outil de communication de proximité. Elles sont également présentes en ligne, notamment sur les réseaux sociaux, et restent en interaction permanente avec les auditeurs.
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Secteur aurifère - Une exportation ciblée peut soutenir la valeur de l’ariary
  • Tournée présidentielle dans le Sud - Andry Rajoelina sème l’espoir
  • Président Rajoelina à Fianarantsoa - « Le budget pour la Santé sera révisé à la hausse »
  • Devises - 400 millions $ « dorment » dans les comptes des résidents à Madagascar
  • Déplacement du Président dans le Vakinankaratra - Soutien au secteur agricole et à la lutte anti – Covid-19
  • Parlementaires - Volume de travail augmenté
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar mise sur une vaccination ciblée
  • Lalatiana Andriatongarivo - Appel à la responsabilisation accrue des journalistes
  • Crise sanitaire - Prolongation de l'état d'urgence - Fermeture de trois autres Régions avec Analamanga, Atsinanana et SAVA - Réouverture de Boeny et Nosy Be - Reprise des cours pour les élèves en classe d'examen
  • Liberté de la presse à Madagascar - Un grand saut qualitatif mais…

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Par monts et vallées !
    Infatigable, le Président Rajoelina sillonne et arpente monts et vallées et pour cause, la bataille sans merci contre la pandémie de la Covid-19 variant sud-africain. Le jeune commandant en chef de la guerre s’engage à tous les fronts.Selon le bilan officiel, en date du 4 mai, le pays enregistre 127 nouveaux cas, 492 guéris et 8 décès. En tenant compte du bilan du 3 mai, 238 nouveaux cas et 5 décès, force est de reconnaitre que la tendance générale accuse une baisse. Certes, le chiffre des patients victimes garde une certaine « stabilité » mais les efforts conjugués portent leurs fruits. Des résultats que l’on peut qualifier de relatifs toutefois, les espoirs sont permis. L’arrivée très prochainement (vendredi 7 mai) et le début de la campagne vaccinale en début de semaine prochaine (lundi 10 mai) laissent supposer que la lutte va enclencher la vitesse supérieure sinon ils permettent d’entrevoir une…

A bout portant

AutoDiff