Publié dans Société

Covid-19 - Quinze décès en vingt-quatre heures !

Publié le mercredi, 31 mars 2021


Si depuis l’apparition du virus en mars 2020 à Madagascar le nombre de décès dus au coronavirus semble contenu, une année après, les personnes contaminées et décédées se multiplient à grande vitesse. Rien que le 30 mars dernier, la Grande île a enregistré 15 patients infectés par la Covid-19 décédés. En l’espace de 24 heures, sept malades victimes du syndrome de détresse respiratoire traités à Analamanga y ont succombé, quatre autres individus infectés et soignés dans la Région SAVA ont été également emportés. Les Régions Boeny, Atsinanana, Analanjirofo et Sofia comptaient respectivement aussi un décès lié à cette maladie virale.  Au total, 418 personnes testées positives au virus ont rendu l’âme dans l’ensemble du pays. Rappelons que le tout premier cas positif emporté par le coronavirus est survenu deux mois après l'apparition du premier cas à Madagascar.  Le nombre record de 11 décès a été déjà rapporté des semaines après cette annonce. Aussi, le mois de juillet 2020, le pays a déjà signalé 16 décès en 72 heures.
Notons que cette semaine, plus d’une cinquantaine de décès ont été enregistrés. Une situation qui amène les autorités sanitaires malagasy à persuader toutes personnes, dès les premiers symptômes, de consulter immédiatement un médecin sans attendre le résultat des analyses en laboratoire. Le retard d’hospitalisation demeure une raison du taux de mortalité élevé. Effectivement, ces derniers jours, il a été remarqué que les patients ne sont pris en charge malheureusement qu’après des complications respiratoires.
En outre, le bilan récapitulatif quotidien en date du 30 mars a aussi fait état de 162 nouveaux individus infectés obtenus sur les tests PCRs et GèneXperts  réalisés sur 755 prélèvements des cas suspects durant la journée de 30 mars dernier. La Région Analamanga a toujours pris le devant avec 107 nouvelles contaminations. Les Régions Atsinanana, DIANA et Analanjirofo ont également enregistré plus d’une dizaine de nouveaux porteurs du virus. Les cas positifs restants sont répartis respectivement dans l’Alaotra-Mangoro, Boeny, Atsimo Andrefana,  Menabe et Ihorombe. Entre temps, 132 patients ont recouvré la santé à Analamanga, Atsinanana, Atsimo Andrefana, Amoron'i Mania, Analanjirofo, Ihorombe, Melaky et Sofia.
Aux dernières nouvelles, 2 100 personnes sont en cours de traitement. 246 d’entre elles présentent une forme symptomatique grave.
KR.

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff