Publié dans Société

Pâques dans la Capitale  - Un décès, plus de 55 consultations

Publié le lundi, 05 avril 2021

Par rapport aux précédentes, la fête de Pâques 2021 a été moins sanglante en raison des restrictions liées à l’état d’urgence sanitaire pour cause de pandémie de la Covid-19. Malgré cela, elle n’a pas été non plus totalement exempte de divers accidents qui ont fait plusieurs dizaines de victimes. Pas plus tard qu’hier matin, le corps sans vie d’un homme d’une trentaine d’années a été repêché des eaux du marais Masay. Le malheureux aurait dû s’y noyer.

La veille, il a commencé à ne plus donner signe de vie et ses proches ont dû le rechercher partout jusqu’à ce qu’ils se soient rendus à l’évidence de la désagréable surprise qui les attendait. La seule journée du dimanche, 55 personnes ont dû se rendre à l’hôpital pour des soins, selon une source auprès de l’HJRA. Six d’entre elles ont dû être hospitalisées.

Comme d’habitude, ce sont les accidents de la circulation qui arrivent en tête. Le bilan provisoire de ce centre hospitalier de la Capitale fait état de 19 blessés mais seul le tiers a été hospitalisé.

Le cas d’un minibus Mercedes Sprinter, qui a emprunté la rocade de Tsarasaotra menant à Ivato, a été sans doute l’un des plus édifiants.

Vers 8h du matin, le même dimanche de Pâques dernier, le véhicule s’est renversé juste au Pk8+200. Résultat : trois de ses passagers dont deux jeunes filles de 14 et de 16 ans, ainsi qu’un adolescent de 13 ans furent blessés. Ils ont été tous évacués à l’HJRA. Un problème de freins est subitement survenu, faisant en sorte que le minibus a échappé à tout contrôle. Les Forces de l’ordre ont ouvert une enquête.

Les accidents dits à responsabilité civile arrivent en seconde position avec ses 16 victimes. « Cette fois, il ne s’agissait pas des victimes d’agressions de bandits. Car la plupart des personnes admises à l’hôpital se sont bagarrées après un verre de trop », déclare sans ambages une source auprès de la Direction d’établissement (HJRA). Les accidents domestiques ont été moins nombreux sinon rares. Ils n’ont fait qu’une victime, du moins durant pâques.

Idem pour les cas d’intoxications alimentaires diverses. « Un enfant a dû être évacué d’urgence ici du fait d’un empoisonnement. On ignore ce qu’il a mis dans la bouche pour présenter  un tel malaise », renchérit notre interlocuteur. En revanche, les cas de coma éthylique ont été bien rares  sinon insignifiants ; il en est de même pour les empoisonnements médicamenteux ou autres en relation avec les tentatives de suicide.

Franck R.

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff