Publié dans Société

Cimetière d'Anjanahary - Des rites funéraires autorisés pour les personnes non infectées

Publié le lundi, 05 avril 2021

Les dépouilles mortelles des victimes de la Covid-19 peuvent contenir des virus actifs. Elles en sont un moyen de transmission immédiate, notamment ceux de la Covid- 19. Afin de couper cette chaîne de transmission, la dépouille, s'il est confirmé que l'individu décède des suites du coronavirus, devra être enterrée le jour même, soutient le Président de la République, Andry Rajoelina durant son intervention à la Nation, samedi dernier. En effet, le corps ne devra pas être déplacé avant que l'endroit pour son inhumation soit préparé.

Tous les rites ne sont plus autorisés. Ainsi, seulement 10 personnes pourront assister à l'inhumation. Et le Chef d'Etat d'avancer que les dépouilles ne devront pas être transportées à bord de véhicules fermés, mais aérés, ou à bord de pick-up.

Pour les personnes décédées de mort naturelle, tous les rituels sont encore maintenus, comme la veillée funèbre, la cérémonie à l'église ou encore un plus grand nombre d'assistance durant l'enterrement. En contrepartie, tous les gestes barrières devront être respectés à la lettre, comme le port du masque obligatoire, la mise en place du dispositif de lavage des mains à l'endroit où se tient les rituels, la désinfection, la distanciation physique. Cependant, l'assistance ne devra pas excéder les 100 personnes.

En rappel, d'autres restrictions ont été prises durant l'intervention du Président de la République, outre la déclaration de l'état d'urgence sanitaire dans le pays. Il s'agit du couvre-feu à partir de 21h à 4h du matin dans les cinq Régions concernées à savoir, Analamanga, Sava, Boeny, Nosy Be et Atsinanana, le maintien du service public et entreprises, fermeture des bars et karaoke, limitation du nombre d'assistance dans les églises à 100. En plus, les écoles et universités seront fermées. Ces mesures sont valables pour une durée de 15 jours renouvelables selon l'évolution de la situation pandémique dans le pays.

Enfreindre ces mesures est passible des travaux d'intérêt général (TIG) dont la peinture des écoles, le nettoyage des cours des hôpitaux, etc.

 Anatra R.

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff