Publié dans Société

Traitement de la Covid-19 - Des lits se libèrent au CTC Mahamasina

Publié le mercredi, 28 avril 2021

200 lits. Telle est la capacité d'accueil du Centre de traitement Covid-19 (CTC 19) Mahamasina. Rouvert depuis fin mars dernier, ce Centre de traitement accueille notamment les patients ayant des cas modérés ainsi que quelques-uns de la forme grave. Si ce Centre a été pris d'assaut lors de sa réouverture, ses lits commencent se libérer ces derniers jours, avec la hausse considérable du nombre des patients guéris.

Hier jusqu'à 19h, ce CTC 19 a enregistré 41 consultations, dont 4 transportés par ambulance. « Sur les 37 consultations qui ont passé au triage pour une investigation, 35 ont été des formes légères ou asymptomatiques. Ces patients ont été renvoyés chez eux pour un traitement à domicile, autoconfinement exigé, après avoir reçu les médicaments nécessaires. D'un autre côté, 105 patients sont hospitalisés en salle, dont 29 dans un état grave et sous double concentrateur d'oxygène et un autre dans un état critique, sous triple concentrateur. 8 autres patients sont également hospitalisés en triage, bénéficiant d'une surveillance afin de stabiliser leur état avant de rejoindre les salles », rapporte le Général Lysias Rasamimanana, coordonnateur du CTC 19 Mahamasina.

16 à 20 litres d'oxygène par patient

« Sur 140 patients qui se présentent au Centre, 25 ont des formes graves qui devraient suivre un traitement dans les hôpitaux. Certains d'entre eux y viennent à l'agonie, raison pour laquelle nous les gardons au Centre pour éviter qu'ils meurent en cours de route au cas où nous les orienterions ailleurs. Ainsi, le CTC 19 les prend en charge jusqu'à ce qu'ils aillent mieux et le temps de leur trouver des places dans les hôpitaux appropriés à leurs cas », illustre le coordonnateur du CTC 19 Mahamasina. Selon les informations recueillies, un patient ayant une forme grave de Covid-19 a besoin de 16 à 20 litres d'oxygène. « Si nous disposons de 200 concentrateurs d'oxygène, seuls 100 patients ayant des formes graves peuvent être accueillis puisque chacun d'entre eux a besoin de 2 concentrateurs. Un de ces matériels dispose d'une capacité de 10 litres, d'où la nécessité d'en brancher 2 chez un patient de la forme grave », expose le coordonnateur. Raison pour laquelle ce responsable recommande que les patients présentant des cas graves devraient immédiatement rejoindre les centres hospitaliers, lesquels disposent des équipements nécessaires pour la prise en charge et le traitement des patients en difficulté respiratoire.

Pour information, un patient ayant une saturation d'oxygène de moins de 93 vérifiée via l'oxymètre est classé dans la forme grave. Si la saturation d'oxygène varie entre 85 à 93, le patient est en cas grave bénigne. Un patient à forme grave modérée a une saturation entre 65 à 85. Il se trouve dans une forme grave critique si sa saturation d'oxygène est moins de 65.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff