Publié dans Société

Députée Anyah - « Je suis contre toute forme d’avortement »

Publié le mercredi, 20 octobre 2021

Non catégorique. La députée Anyah, Aina Rafenomanantsoa de son vrai nom, l’a fait savoir publiquement hier sur sa page Facebook. Une publication relative à l’avortement qui a suscité beaucoup de commentaires, des critiques en majorité. Ce niet catégorique fait référence à la nouvelle proposition de loi relative à l’interruption thérapeutique de grossesse (ITG), laquelle est prévue passer à l’actuelle session ordinaire de l’Assemblée nationale.

« Je suis contre l’avortement, quelle que soit sa forme. La nouvelle proposition de loi sur l’ITG constitue une ouverture à la vulgarisation de l’avortement. 95% des cas d’avortement sont volontaires, c'est-à-dire suite à une décision prise par la femme qui ne veut pas de l’enfant. Seuls 5% des cas se font pour des raisons médicales ou suite à des violences. En faire une loi pour les 5% est-il vraiment nécessaire ? », argue la députée élue au 3è Arrondissement d’Antananarivo. D’après cette parlementaire, « l’interruption de grossesse, thérapeutique ou autre, est un cas de non respect du droit à la vie et du droit à l’avenir. Le fœtus reste un être à part entière, et non le corps de la mère. Des femmes cherchent à tout prix un enfant, pourquoi ne pas le leur donner au lieu de les tuer ? »

Des réserves pour…

« L’avortement n’est pas une solution ultime », insiste le rapporteur général adjoint de l’Assemblée nationale. « Je peux comprendre les douleurs et calvaires des victimes de viols ou d’inceste. Mais l’enfant n’en est pas responsable. Il reste innocent malgré tout », ajoute t-elle. « Toute forme d’avortement reste dangereux pour la femme, vu les séquelles sur les organes du corps et les impacts psychologiques que cette pratique engendre. J’émets plutôt des réserves pour les excuses thérapeutiques. Comment déterminer les cas vu que c’est trop large ? Si l’avortement est dépénalisé, du moins pour la forme thérapeutique, il y a-t-il des balises ? », s’exprime la députée Anyah. « Le code pénal malagasy interdit l’avortement, quoi que les pratiques clandestines se pérennisent. Pourtant, la proposition de loi donne aux femmes un motif de le faire librement », d’après ses dires.  Et d’ajouter « Quant aux cas extrêmes de grossesse dangereuse, le médecin pourrait sauver la mère, sous des conditions ». Bref, cette parlementaire s’oppose catégoriquement à toute forme d’avortement, voire à la proposition de loi afférente à l’ITG.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure
  • Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs
  • Covid-19 à Madagascar - Inquiétude et peur suite à la hausse des cas de contamination

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Come back tant redouté !
    La bête noire est là de retour. Comme il fallait s'y attendre, la 3 ème vague de la Covid-19, pas forcément du variant Delta, frappe à nos portes et entre sans avoir été conviée. Elle contamine déjà certaines localités du pays. Tout commençait à Ivato lors du premier débarquement du premier vol en provenance de l'Europe ce 6 novembre. Deux cas importés ont été constatés après les tests et contrôles d'usage parmi les passagers. Ce retour pour la troisième vague de la Covid-19 relance le débat sur la pertinence ou non de la réouverture des frontières. Nous étions tous témoins de la forte la résistance des détenteurs du pouvoir, au sommet de l'Etat, concernant l'éventuelle réouverture de notre ciel au trafic international. On garde encore vive dans les mémoires la virulence de la toile quand Iavoloha accorda une dérogation spéciale d'entrée sur le territoire de trois vols conduisant des passagers…

A bout portant

AutoDiff