Publié dans Société

Députée Anyah - « Je suis contre toute forme d’avortement »

Publié le mercredi, 20 octobre 2021

Non catégorique. La députée Anyah, Aina Rafenomanantsoa de son vrai nom, l’a fait savoir publiquement hier sur sa page Facebook. Une publication relative à l’avortement qui a suscité beaucoup de commentaires, des critiques en majorité. Ce niet catégorique fait référence à la nouvelle proposition de loi relative à l’interruption thérapeutique de grossesse (ITG), laquelle est prévue passer à l’actuelle session ordinaire de l’Assemblée nationale.

« Je suis contre l’avortement, quelle que soit sa forme. La nouvelle proposition de loi sur l’ITG constitue une ouverture à la vulgarisation de l’avortement. 95% des cas d’avortement sont volontaires, c'est-à-dire suite à une décision prise par la femme qui ne veut pas de l’enfant. Seuls 5% des cas se font pour des raisons médicales ou suite à des violences. En faire une loi pour les 5% est-il vraiment nécessaire ? », argue la députée élue au 3è Arrondissement d’Antananarivo. D’après cette parlementaire, « l’interruption de grossesse, thérapeutique ou autre, est un cas de non respect du droit à la vie et du droit à l’avenir. Le fœtus reste un être à part entière, et non le corps de la mère. Des femmes cherchent à tout prix un enfant, pourquoi ne pas le leur donner au lieu de les tuer ? »

Des réserves pour…

« L’avortement n’est pas une solution ultime », insiste le rapporteur général adjoint de l’Assemblée nationale. « Je peux comprendre les douleurs et calvaires des victimes de viols ou d’inceste. Mais l’enfant n’en est pas responsable. Il reste innocent malgré tout », ajoute t-elle. « Toute forme d’avortement reste dangereux pour la femme, vu les séquelles sur les organes du corps et les impacts psychologiques que cette pratique engendre. J’émets plutôt des réserves pour les excuses thérapeutiques. Comment déterminer les cas vu que c’est trop large ? Si l’avortement est dépénalisé, du moins pour la forme thérapeutique, il y a-t-il des balises ? », s’exprime la députée Anyah. « Le code pénal malagasy interdit l’avortement, quoi que les pratiques clandestines se pérennisent. Pourtant, la proposition de loi donne aux femmes un motif de le faire librement », d’après ses dires.  Et d’ajouter « Quant aux cas extrêmes de grossesse dangereuse, le médecin pourrait sauver la mère, sous des conditions ». Bref, cette parlementaire s’oppose catégoriquement à toute forme d’avortement, voire à la proposition de loi afférente à l’ITG.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff