Publié dans Société

Détérioration du parc de Tsimbazaza - Un éminent chercheur dénonce…

Publié le jeudi, 18 novembre 2021

Un fait. La situation au sein du Parc botanique et zoologique de Tsimbazaza (PBZT) se détériore d’année en année, si l’on tient compte de la dégradation des infrastructures et du piteux état de certains animaux. Bon nombre de visiteurs confirment ce fait, tandis que les responsables du parc se disculpent. Pour sa part, le Professeur Jonah Ratsimbazafy, éminent chercheur et primatologue, dénonce les magouilles et les injustices dans le traitement des animaux au sein du PBZT.

« Choqué, un diplomate libyen avait les larmes aux yeux en constatant de visu les conditions de vie des dromadaires au parc. Il a même souhaité que ces animaux soient renvoyés chez eux en Libye », se souvient ce scientifique de renom international. Actuellement, il ne reste plus qu’un dromadaire auprès du parc de Tsimbazaza. Les 4 autres sont morts un à un, selon les informations recueillies. « Les employés oublient parfois de donner à manger aux animaux. Le « Sifaka » était même mort à cause de cela. Quant à la grande cage, un don japonais destiné aux « Sifaka », elle abrite actuellement le « Varijatsy » mais se trouve dans un état broussailleux. En 2009, un « aye aye » a été volé suite à la brisure de sa cage, mais aucune suite de cette affaire n’a été donnée. D’un autre côté, les noms des animaux affichés dans certaines cages sont erronés », dénonce ce primatologue, dans une récente publication sur son compte Facebook.

Concernant les financements, divers cas de détournement se passent au sein du PBZT. « Il fut un temps où les partenaires étrangers ont suspendu tout financement ou subvention à l’endroit du parc, à cause d’un détournement perpétré par le directeur de l’époque. Ce dernier a utilisé les fonds destinés pour la construction d’une clôture pour bâtir sa maison », affirme notre source. « Henry Doorly a alloué une somme conséquente pour la construction d’un bâtiment destiné aux visites des lémuriens nocturnes. Cette infrastructure n’était fonctionnelle qu’une année, avant sa fermeture jusqu’à maintenant. Certains en profitent pour y faire leurs besoins », ajoute- t-il. Quant aux droits exorbitants des visites nocturnes, la gestion financière reste floue et sans transparence faute de factures. D’ailleurs, les employés du parc se dénoncent fréquemment auprès du BIANCO, à en croire le Pr Ratsimbazafy. Ce scientifique pointe du doigt la politisation de la direction du PBZT, parmi les causes de ce désordre…

La Rédaction

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff