Publié dans Société

Meurtre d’un enfant à Antsirabe - Ses parents et son oncle placés sous MD

Publié le mardi, 18 janvier 2022


Le meurtre du petit Tobie (5ans), ce petit garçon issu d’une famille aisée, la semaine dernière à Antsirabe, a horrifié au plus haut point l’opinion. Depuis, la Police et la Gendarmerie qui enquêtent sur l’affaire, n’ont pas chômé. Les Forces de l’ordre ont procédé à des arrestations de suspects dans l’affaire. C’était dans ces circonstances que le propre père de la victime, sa maman, son oncle ainsi qu’un quatrième larron, furent jetés dans le filet. Après une assez longue période d’enquête préliminaire, l’affaire a été finalement déférée au Parquet, hier. A l’issue de ce déferrement houleux, les quatre suspects ont été de facto placés sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antsirabe.
Autant parler d’une affaire familiale. Cependant, avec des informations distillées au compte-gouttes, les enquêteurs se sont contentés uniquement d’affirmer un meurtre comme chef d’inculpation principal. Quant à son mobile, aucun moyen d’en savoir davantage : “La balle est désormais dans le camp de la Justice, qui déterminera de(s) motivation(s) du crime”, concède une source auprès de la Gendarmerie.
Souvenons surtout que c’est le papa de Tobie qui est le principal suspect dans l’affaire. De toute façon, il a fait un aveu devant les enquêteurs, qui n’ont cru un seul instant à son verbiage et à ses bobards comme quoi des bandits armés et circulant en 4x4, les ont enlevés, c’est-à-dire le gosse et lui- même, du côté de la gare. En réalité, c’est l’homme, pour justement un motif de plus en plus obscur, qui a décidé d’éliminer son propre enfant dans des circonstances inhumaines, voire diaboliques : la victime avait été lardée de coups de couteau puis égorgé. De toute façon, il existait des preuves et des pièces à conviction : la cuisine de l’appartement de la famille, le garage ainsi que le coffre de sa Hyundai Terracan avaient été souillés de sang : celui du petit Tobie. Cuisiné par les enquêteurs, le chef de famille en cause a dit finalement la vérité : il raconte avoir jeté la dépouille de son enfant dans la rivière de Sahanivotry. Et c’était encore lui-même qui a guidé les Forces de l’ordre jusqu’au point où il a jeté le corps sans vie de l’enfant, qui avait été effectivement repêché du fleuve. Toujours dans ses aveux, le chef de famille reconnaît que, sous une pression d’inconnus, il aurait pu porter son choix sur son quatrième progéniture. Mais vu que cette dernière est presque un bébé, il a dû se rabattre sur Tobie. L’on s’impatiente du moment où la Justice va ouvrir un procès pour fixer le sort des accusés.
Franck R.

Fil infos

  • Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz
  • Liaison aérienne Afrique du Sud - Madagascar - Airlink s'impatiente
  • Grève au MAE - Les syndicats désavouent les propos du ministre
  • Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières
  • Association de malfaiteurs - Ninie Donia et ses co-accusés condamnés
  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Psychose prématurée !
    Panique avant terme ! Depuis un certain temps, l’ombre d’une éventuelle augmentation des prix à la pompe pèse lourdement. Avant que les autorités compétentes, de concert avec les patrons des Compagnies pétrolières, n’annoncent les nouveaux prix la panique des flambées de prix des carburants envahissent déjà les esprits. Les stations-service sont prises d’assaut. Un réflexe très dangereux dans la mesure où il risque d’épuiser avant terme les réserves et d’un. Il portera atteinte aussi et surtout au calcul de projection à la gestion des stocks. Il faussera certainement l’enjeu. Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) a dû prendre la mesure sévère à savoir interdire le stock de carburant. La hantise de l’inflation empoisonne avant coup ! Jusqu’à hier, jeudi 30 juin, les dirigeants au sommet de l’Etat et les décideurs des compagnies pétrolières n’étaient pas encore parvenus à s’entendre sur les nouveaux prix. Evidemment, il s’agit d’un…

A bout portant

AutoDiff