Publié dans Société

Drogue dure - Des jeunes malagasy s’injectent de l’héroïne à 13 ans

Publié le mercredi, 01 juin 2022


Au cours de ces 5 dernières années, la prise de drogue par injection est en hausse chez les jeunes à Madagascar. Même si aucun chiffre officiel n'est disponible, une société de consommation d’héroïne, entre autres, s’est installée a indiqué le Dr Miarintsoa Andriamiarinarivo, une psychothérapeute et consultante en alcoologie, toxicomanie et relation d’aide en marge de la célébration de la Journée mondiale sans tabac avant-hier. Etant un médecin addictologue et non moins présidente du Centre de cure aro aina (CCAA) à Andravoahangy, elle annoncé que des adolescents de 13 ans se présentent à son cabinet pour se soigner après avoir pris de l’héroïne. Elle a même souligné que sur une vingtaine de consultations par semaine, 80% sont des jeunes dépendants de l’héroïne. Et d’une manière générale, leur âge est compris entre 16 et 21 ans.
En 2021, Lucia Bird, analyste et auteure principale du rapport intitulé « Marées changeantes : l'évolution du commerce illicite des drogues dans l'océan Indien occidental et leur évolution ces dernières années dans cette zone située entre l’Afrique et l’Asie » a déjà lancé une alerte comme quoi le nombre de consommateurs d’héroïne augmente dans la Grande île. « Nous devrions nous pencher sur le phénomène maintenant, avant que le marché de la drogue ne devienne trop important », avait-t-elle insisté. 
Une épidémie évitable
L’héroïne provoque au début un apaisement rapide et une sensation d'extase d’où l’intérêt des jeunes à s’en procurer. Mais quand la consommation devient répétitive, la dépendance s'installe, diminuant ainsi le plaisir intense des débuts. C’est à cet instant que le besoin devient de plus en plus grand tout en dégradant la santé. Heureusement, cette dépendance physique à l’héroïne est évitable et traitable. Auprès du Centre de cure aro aina, en plus d’une thérapie psychologique, des médicaments sont aussi prescrits. « Les usagers qui viennent nous consulter présentent parfois un état de manque. Ils se sentent malades après avoir cessé la consommation de cette drogue addictive. La consultation permet, par la suite, de détecter des maladies à traiter pour les sortir de l’inconfort. Il faut savoir que l’état de manque de ces jeunes consommateurs d’héroïne se caractérise par l’insomnie ou encore des douleurs jusqu’à présenter des fièvres », a indiqué la psychothérapeute.
KR.

Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff