Publié dans Société

Santé publique - Faible consultation des CSB à Antananarivo

Publié le mercredi, 08 juin 2022



Les services dans les structures sanitaires publiques pointés du doigt. Les résultats du diagnostic du système de santé dans le District sanitaire d’Antananarivo-ville sont plus ou moins alarmants. En fait, cet état des lieux affirme la faible consultation des Centres de santé de base (CSB) dans la Capitale. Cette réticence des patients pourrait s’expliquer par leur peur des personnels de santé ou encore leurs moyens limités. De plus, les médicaments, en général génériques, y sont proposés à des coûts conséquents. Ceux qui peuvent s’offrir des soins adéquats préfèrent consulter les cabinets médicaux privés, lesquels proposent des services plus adaptés aux patients. D’un autre côté, l’approvisionnement en médicaments dans les CSB laisse à désirer, selon toujours le diagnostic. A cela s’ajoute le manque de ressources humaines (RH), notamment les médecins et paramédicaux. L’implication des acteurs dans le domaine de la santé et de la nutrition, dont les responsables, la société civile ou encore les partenaires, reste insuffisante. Bref, les piliers financements et ressources humaines restent faibles et inadéquats dans le domaine du renforcement du système de santé (RSS) dans la ville d’Antananarivo, selon le diagnostic. Ce dernier vise à cerner les forces et les faiblesses du District sanitaire afin d’identifier les goulots d’étranglement, rechercher les causes et déterminer les solutions ainsi que les activités à entreprendre dans les prochaines années, à en croire Bosco Randriamiasy, expert en RSS.
Des solutions proposées
Après la phase de diagnostic, divers ateliers ont été menés par l’Action contre la faim (ACF) et le District sanitaire de Tanà-ville depuis le mois d’avril dernier. Le but étant d’identifier des solutions dans la phase de planification. Ainsi, les acteurs ont pu déterminer des issues face aux problèmes dans les CSB. La gratuité des soins pour les démunis, l’opérationnalisation de mutuels de santé ou encore la mise en œuvre de la politique d’exemption des coûts ont été proposés, à l’issue de l’atelier de clôture de la dernière étape de planification, le 3 juin dernier à Ivandry. « Les prix des médicaments devraient être négociés à la portée des ménages. Aussi, les CSB devraient avoir davantage de gammes de médicaments », résume l’expert en RSS. Quant au manque de ressources humaines, un plaidoyer auprès du ministère de tutelle pour le recrutement continu des personnels médicaux devrait se faire. Mais avant cela, les acteurs proposent l’élaboration d’une cartographie RH ainsi que l’expression et la prise en compte des besoins par rapport à la réalité. Par ailleurs, les acteurs sollicitent l’éclaircissement de la politique pharmaceutique et le renflouement du fonds de roulement. Ceci sans oublier la lutte contre le détournement des fonds et des médicaments. La redynamisation des structures communautaires et la sollicitation des acteurs dans l’élaboration du plan de travail annuel du District sanitaire sont aussi recommandées. Dans tous les cas, les formations des personnels de santé s’avèrent indispensables, entre autres pour l’humanisation des soins. Notons que ces activités sont planifiées pour 4 ans, de 2023 à 2026.
Patricia Ramavonirina 



Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff