Publié dans Société

Jesosy Mamonjy Ankorondrano - Le temple transformé en ring

Publié le lundi, 15 août 2022


Du jamais-vu ! Le conflit entre les fidèles au niveau de l’église Jesosy Mamonjy à Ankorondrano est loin d’être terminé. Dimanche matin, ils en sont venus aux mains, quelques instants après le commencement du culte. Les vitres ont été cassées, les chaises et quelques matériels sont abimés. Plusieurs personnes sont blessées et ont été évacuées d’urgence à l’hôpital à cause des coups de bâton. Une situation qui n’a jamais existé depuis la fondation  de cette église, soutient un membre : « A l’extérieur du temple, les Forces de l’ordre ont effectué des fouilles. Tandis qu’à l’intérieur, le pupitre s’est déjà transformé en un champ de bataille ». Des témoins ont même avancé l’existence de « gros bras ». Ainsi, la situation ne cesse de s’empirer.
Malgré des heurts successifs entre fidèles, ce temple ne sera pas fermé. Seulement, les cultes journaliers seront suspendus. Les fidèles ne pourront plus entrer dans l'enceinte de l'église sauf le dimanche, soutient le préfet de police d’Antananarivo, Angelo Ravelonarivo. Par contre, la sécurité sera renforcée afin d'éviter un nouvel affrontement, entre autres en effectuant des fouilles systématiques à l’entrée. Ceci, afin de détecter le port d’objets tranchants, tandis que les Forces de l’ordre effectueront le tour de l’église durant les cultes de dimanche. Désormais, il est aussi interdit de s’attrouper en dehors du temple.
A noter que les fouilles sont déjà appliquées depuis quelques réunions des fidèles, mais cette mesure n’a pas pu empêcher les accrochages. En effet, ces gens n’utilisent pas d’objets tranchants pour blesser les autres, mais plutôt des bois ronds en détruisant les chaises. Depuis le décès survenu l’année dernière de l’ancien président du Conseil d’administration, le pasteur Léon Ratafy, cette église a déjà été fermée au moins quatre fois.
Anatra R.

Fil infos

  • Cryptomonnaie africaine - Des souscripteurs de Madagascar victimes
  • Pollution - Antananarivo étouffe
  • Akamasoa - Inauguration de l’Institut d’Excellence culinaire Guillaume Gomez
  • Energie fossile - Les ressources locales remises en question
  • Drame familial - Il assassine froidement sa tante
  • Axe Toamasina-Foulpointe - Coup d’envoi d’une réhabilitation en béton !
  • Trafic d’or aux Comores - Un directeur des aéroports et un fils de procureur devant la barre
  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
Pub droite 1

Editorial

  • Un leadership mérité !
    La Grande île recevra le prochain Panel international Cacao fin en juin 2023 à Antananarivo. Pour ceux ou celles qui sont branchés dans ce secteur porteur, il s'agit d'une victoire gagnée à bras le corps par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de la Consommation (MICC). Au cours de la 106 ème réunion du Conseil de l'Organisation du Cacao (ICCO) à Abidjan, le mois dernier, le 29 septembre, la délégation malagasy conduite par le ministre Razafindravahy Edgard s'était livrée à une bataille acharnée et un pari de taille pour remporter ce prochain rendez-vous à Antananarivo. De facto, Madagasikara s'est adjugé la première place mondiale dans la production de cacao. Un rang que la Grande île mérite.

A bout portant

AutoDiff