Publié dans Société

Emplois dans la comptabilité française - Une chance pour les jeunes débutants

Publié le mercredi, 21 septembre 2022



En difficulté. Bon nombre de jeunes diplômés le sont, quand il s’agit d’intégrer le monde professionnel. En fait, la plupart des entreprises recrutent des employés ayant des années d’expériences, laissant peu de chance aux débutants. Il y a quand même des exceptions. « Nous donnons leur chance aux jeunes diplômés, en leur offrant l’occasion d’avoir des expériences dans la comptabilité. Par contre, ces débutants devront être des diplômés du domaine », informe Tolotra Rasolofoson, gérante de la société « Compta Expert Invest Mada » (CEIM). « Une grande partie de nos collaborateurs ont rejoint l’équipe sans expériences. Ceux titulaires d’un diplôme de baccalauréat+2 ou bacc+3 peuvent être recrutés s’ils disposent d’une forte motivation, entre autres », ajoute Fabrice Andriamiarison, associé fondateur de ladite société œuvrant dans l’externalisation de la comptabilité française. Celle-ci étant la base de la comptabilité enseignée à Madagascar. Ceux qui ont suivi une formation supérieure y afférente, disposant d’un niveau d’intelligence élevé, peuvent s’y adapter facilement, selon les informations recueillies.
Rantoniaina Razafindrajao fait partie des jeunes diplômés qui ont été embauchés au CEIM sans expériences. « Après l’obtention de mon Master 2 en gestion auprès de l’université d’Antananarivo, j’ai commencé au plus bas de l’échelle il y a 5 ans, en tant qu’opérateur de saisie des pièces comptables. Maintenant, je suis un superviseur avancé, l’un des postes à responsabilités de la société. Tout cela pour vous dire que les sans-expérience peuvent eux-aussi jouir d’une évolution de carrière s’ils disposent d’une volonté d’apprendre, à travers les formations, de motivations et de soutien des employeurs », nous confie le jeune homme âgé de 28 ans.  C’est également le cas de Jo Dillardo Mananjoasy, actuellement chef de pôle. « Sans expérience, j’ai débuté en tant que collaborateur de saisie et a bénéficié d’une évolution de carrière chaque année, avant d’occuper mon poste actuel. Les employeurs tiennent compte de nos compétences », reconnait le jeune homme.
CEIM recense actuellement 80 jeunes collaborateurs âgés entre 20 à 45 ans, dont une partie embauchée sans expérience mais formés par la société. Celle-ci dispose d’une capacité d’accueil jusqu’à 280 collaborateurs. Son extension jusqu’à 400 personnes est pourtant envisagée dans les années à venir. Les recrutements des diplômés en comptabilité française vont ainsi s’enchaîner, quoi que cela se fasse par période, notamment au mois de juillet-août de l’année. « Notre ambition étant de créer des emplois pour faire la sous-traitance et afin de garder les jeunes à Madagascar. Une meilleure rémunération et des conditions de travail attractives assurent la pérennité du personnel, sans oublier les formations », avance Didier Caplon, fondateur de la « Compta invest » en France. Le défi étant de limiter la fuite de cerveau des jeunes diplômés malagasy. Notons que l’inauguration du nouveau local de CEIM sis à Ambohijanahary Antehiroka s’est tenue hier.
Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Cryptomonnaie africaine - Des souscripteurs de Madagascar victimes
  • Pollution - Antananarivo étouffe
  • Akamasoa - Inauguration de l’Institut d’Excellence culinaire Guillaume Gomez
  • Energie fossile - Les ressources locales remises en question
  • Drame familial - Il assassine froidement sa tante
  • Axe Toamasina-Foulpointe - Coup d’envoi d’une réhabilitation en béton !
  • Trafic d’or aux Comores - Un directeur des aéroports et un fils de procureur devant la barre
  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
Pub droite 1

Editorial

  • Un leadership mérité !
    La Grande île recevra le prochain Panel international Cacao fin en juin 2023 à Antananarivo. Pour ceux ou celles qui sont branchés dans ce secteur porteur, il s'agit d'une victoire gagnée à bras le corps par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de la Consommation (MICC). Au cours de la 106 ème réunion du Conseil de l'Organisation du Cacao (ICCO) à Abidjan, le mois dernier, le 29 septembre, la délégation malagasy conduite par le ministre Razafindravahy Edgard s'était livrée à une bataille acharnée et un pari de taille pour remporter ce prochain rendez-vous à Antananarivo. De facto, Madagasikara s'est adjugé la première place mondiale dans la production de cacao. Un rang que la Grande île mérite.

A bout portant

AutoDiff