Publié dans Société

Atsimondrano - Un homme d’église accusé de viol sur une adolescente

Publié le lundi, 03 octobre 2022


 Récemment, une information concernant l’accusation de viol d’une adolescente de 17 ans par un homme d’église, a fait le tour des réseaux sociaux. Les faits se seraient déroulés dans une Commune de Tanjombato, dans l’Atsimondrano. Une source d’information rapporte donc que la victime aurait enduré les bas instincts, sinon se plier au devoir de satisfaire le libido d’un prêtre d’une paroisse sise dans une Commune d’Antananarivo-Atsimondrano, chaque fois que l’occasion se présente, selon cette source. La jeune fille devrait voir fréquemment le prêtre,   par la force des choses. Car c’est elle qui joue le rôle de commissionnaire pour vendre systématiquement les produits agricoles de sa mère dont   l’homme d’église a besoin. D’ailleurs, ce dernier aurait saisi la balle au bond pour profiter de ces moments de passage de la fille chez lui pour la séduire. D’abord, il aurait réussi à obtenir le numéro de téléphone de l’adolescente tout en cherchant à la mettre à l’aise, quitte à la convaincre de le considérer comme son propre père. Mais leur relation se serait allée un peu plus loin encore. Il y a des moments où la fille aurait dû passer la nuit chez l’homme d’église parce qu’il faisait déjà nuit lorsqu’elle devrait rentrer chez elle. Et ce ne serait pas une ou deux fois, mais plusieurs fois. Enfin, l’homme d’église, pour pouvoir retenir longtemps la victime, lui aurait permis d’abandonner sa soutane pour la prendre en tant que sa femme. Et cette source d’appuyer que cette jeune fille n’est pas la seule à passer dans le giron de ce prêtre qui aurait fait passer plusieurs autres femmes, et même des religieuses dans son lit.
Réaction tardive
La victime qui n’a donc réagi que tardivement, et ce, après deux longues années de cet abus ne pouvant être que sexuel, se montre actuellement intraitable.
Car outre le fait qu’elle a déposé une plainte contre l’évangéliste auprès de la Police jeudi dernier, mais elle aurait également saisi le Parquet d’Antananarivo. Elle est inflexible puisqu’elle aurait refusé de se plier à la demande de l’église qui est sous la responsabilité de l’évangéliste en cause ainsi que certains responsables de l’établissement scolaire qui y est rattaché pour que la victime retire sa plainte.
Petite, la victime aurait été abandonnée par son père et vit actuellement avec sa mère, qui est cultivatrice. Bien que la source d’information ait avancé les noms des personnes impliquées, et fourni des détails sur l’affaire, les enquêteurs semblent afficher la plus grande prudence pour s’exprimer, ni le confirmer, encore moins l’infirmer. Interrogée sur l’évolution de l’enquête, la Police de ladite Commune de l’Atsimondrano a avancé qu’elle n’est encore saisie de ce dossier même si le commissariat dispose d’un service de Police des mœurs et des mineurs (PMPM). De son côté, la Gendarmerie nie formellement avoir été saisie et affirme n’avoir pas été au courant de l’affaire. Est-ce que tout cela montre que l’affaire est assez délicate car impliquant un homme d’église, pour que les enquêteurs gardent le silence actuellement ? Affaire à suivre.
Franck R.
 


Fil infos

  • Affaire Ketakandriana Rafitoson/GEL - Immixtion étrangère au parfum de litchi 
  • Série d’inaugurations - Le Président de la République gâte Manakara
  • Anisha - Séjour compromis en France 
  • Antoko Hiaraka Isika - Les citoyens sensibilisés à s’inscrire sur la liste électorale à Manjakandriana 
  • Les actus en bref
  • Partenariat public-privé - Pharmalagasy intéresse les Egyptiens
  • Dénonciation calomnieuse et dénigrement - Plainte contre la responsable de Transparency Madagascar
  • Pêche et aquaculture artisanales - Importance reconnue
  • JIRAMA - Les ingérences du ministère dénoncées par l’intersyndicale
  • Lancement de la campagne de litchi - Première soirée sur les chapeaux de roues

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Brillante étoile !
    Anisha a remporté la manche. Ce samedi 26 novembre lors de la finale de la Xème saison de la « Star Academy 22 », la Malagasy Anisha a dominé et survolé la partie. D’une voix exceptionnelle, d’une prouesse extraordinaire, elle a envoûté le public. Artistes de renom d’ici ou d’ailleurs reconnaissent d’une seule voix qu’Anisha dispose en elle un immense talent. L’ensemble de la diaspora malagasy établie en France se donne le cœur et la main pour la soutenir jusqu’à la fin. Louis, Enola et Léa, les autres finalistes ce samedi soir, n’ont pu rien faire.

A bout portant

AutoDiff