Publié dans Société

Employabilité des jeunes à Toliara - Le problème d’accès à l’éducation comme handicap

Publié le dimanche, 09 juin 2024

Le Sud présente le taux d’analphabétisme le plus élevé à Madagascar. La Professeure Jeanne Razafiangy Dina confirme cette situation, à partir du rapport de la Banque mondiale sur l’état de la pauvreté dans cette partie de l’île. « L’une des causes conduisant à cette situation est la pauvreté, laquelle ne permet pas aux parents d’assurer l’éducation de leurs enfants. Il y a également l’isolement et l’inaccessibilité des établissements scolaires », soutient l’historienne. « Une dégradation de la situation est enregistrée ces derniers temps, que ce soit en termes de nombre d’enfants scolarisés mais également en ce qui concerne leur niveau scolaire. C’est désolant de constater que plusieurs écoles ont aussi fermé. Il n’est donc pas étonnant de constater que peu de jeunes parviennent à entrer à l’Université », déplore-t-elle.

Bon nombre de diplômés de Toliara sont au chômage ou ne trouvent pas d’emplois correspondant à leurs spécialisations. Certains d’entre eux se résolvent à tirer des cyclo-pousses. « J’insiste sur la promotion de la formation professionnelle, plus que la formation générale. Ce, pour préparer les jeunes à l’emploi, surtout à l’entrepreneuriat. D’autant plus que notre Région dispose de grands potentiels, notamment dans le secteur minier, l’élevage et l’agriculture », lance cette enseignante-chercheure. 

Dans sa politique générale, l’Etat entend développer une éducation de qualité pour tous visant en premier lieu l’amélioration du taux de scolarisation. Vient ensuite la réduction de la déperdition scolaire pour accroître les effectifs des différents cycles d’enseignement, de renforcer les compétences des enseignants et d’orienter le système éducatif vers l’employabilité des jeunes.  En ce qui concerne la formation professionnelle, l’Etat indique vouloir prioriser les formations professionnalisantes à grande échelle. Ce qui devra permettre aux jeunes d’apprendre des métiers, d’exercer par la suite des activités génératrices de revenu et de créer des petites et moyennes entreprises créatrices d’emploi.

Au-delà des défis à relever pour les politiques publiques, le problème d’accès à l’éducation recoupe aussi le problème économique. La capacité des parents à scolariser leurs enfants est directement liée à leurs revenus. Tel que recommandé par la Banque Mondiale, le moyen le plus efficace de lutter contre la pauvreté reste le développement économique, et donc attirer des investisseurs privés pour lancer de grands projets dans des secteurs tels que le tourisme, l’agroalimentaire et l’industrie minière, tout cela afin de créer des emplois stables.

 

Recueillis par P.R.

Fil infos

  • Nouvel ordre économique mondial - Le Président Rajoelina appelle les pays à l’action
  • Incitation à la haine et diffamation - L'Administration douanière reste de marbre
  • Ambinaninony Brickaville - La propriété d’une lanceuse d’alerte incendiée
  • ONU Commerce et développement - Début du forum des dirigeants à Genève
  • Elections législatives - La débâcle de l’Opposition 
  • ACTU-BREVES
  • Parti TGV - A la recherche d'un nouveau souffle
  • Actu-brèves
  • Forum des dirigeants mondiaux à Genève - Madagascar placé en première ligne
  • 60ème anniversaire de la CNUCED - Le couple présidentiel attendu à Genève 

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De l’austérité absolue !
    Pour la énième fois, nous revenons à la charge sur la nécessité absolue d’appliquer la gestion budgétaire basée sur une politique sévère d’austérité.Les députés ont voté sans amendement le projet de Loi de Finances rectificative 2024. Deux points majeurs font la une de cette loi des finances votée à savoir, les coupes budgétaires drastiques et les subventions revues à la hausse accordées à la JIRAMA. Au total 272, 32 milliards d’Ar ont été amputés des finances publiques de l’Etat. Des coupes qui permettront au Gouvernement de faire face à d’autres dépenses beaucoup plus urgentes. Ce sont des mesures encourageantes, des initiatives courageuses mais quelque part impopulaires. Certes, elles vont provoquer de sourdes grognes au niveau de certains ministères. Mais, en vertu de l’austérité absolue, il faut le faire. Nous dirions même qu’il fallait oser aller encore plus loin. N’oublions pas que le Président Rajoelina fraîchement élu en 2018, avait décidé…

A bout portant

AutoDiff