Publié dans Société

Automédication - Une pratique courante à Madagascar et demeurant un danger public

Publié le mercredi, 16 janvier 2019

Dans la société malagasy, il est devenu une habitude pour tout le monde de prendre des médicaments jugés basiques en cas de petite maladie comme la migraine, la toux ou encore la fièvre. Dafalgan, Paracétamol ou encore Cotrimoxamole et Fervex… il existe plusieurs médicaments qui ne nécessitent pas de l'ordonnance venant du médecin. On a qu'à en acheter à la pharmacie ou dans l'épicerie du village. Et apparemment, cette pratique semble marcher à tous les coups. Seulement, l'automédication est néfaste voire très dangereuse pour la santé.

Puisque chacun veut être le seul maître de sa santé, il fait recours au marché de l'automédication qui, actuellement, est en pleine expansion. Les soins médicaux de qualité sont hors de portée de la population, soit à cause de l'isolement, soit à cause du coût de ces soins. Selon les études menées par des spécialistes, les bactéries résistantes aux antibiotiques représentent un danger car elles provoquent des infections difficiles à traiter.

Augmentation des bactéries

Si une personne prend des antibiotiques de manière répétée et inappropriée, cela contribue à l'augmentation des bactéries résistantes aux antibiotiques, ce qui constitue l'un des problèmes de santé à traiter de manière urgente dans le monde. « Il n'est pas du tout mauvais que chaque ménage ait quelques produits pharmaceutiques à la maison. Mais le constat est que cette mini-pharmacie à domicile comporte quelquefois des ratés en termes de molécules et de solutions ayant dépassé la date de leur utilisation. Ainsi, pourquoi s'en servir sans l'avis du médecin ou de l'infirmier ou encore sans d'autres consultations au préalable en cas d'une nouvelle maladie même si les signes sont similaires ? Ce qui est vrai, un produit pharmaceutique mal utilisé est un poison que l'on introduit dans l'organisme, même si dans un premier temps, on a eu une sensation d'un soulagement passager », explique le docteur Randrianjanaka Marcel, médecin généraliste dans un cabinet privé à Itaosy.

Et lui d'ajouter : « On a plus souvent noté des effets secondaires plus sévères à court, moyen ou long terme. Ainsi donc, l'automédication peut être comparable à une arme prise dans les mains d'un non initié. Pratiquée sans conscience, elle est plus dangereuse et produit des effets regrettables. L'automédication, qu'on le veuille ou non, a le même résultat que ces pharmacies de rue tenues par de jeunes gens qui, sans aucune connaissance de la discipline médico-pharmaceutique, se permettent de vendre des molécules à ciel ouvert. Je conseille toujours tout le monde d'aller consulter un médecin et de ne pas faire ce travail à sa place. D'ailleurs, c'est sa raison d'être ». Dernièrement, une information non fondée circule sur les réseaux sociaux, avertissant sur le danger d'un certain nouveau modèle du médicament Paracétamol avec une mention P/500. Apparemment, c'est un nouveau type de Paracétamol, d'une couleur très blanchâtre contenant le virus « Machupo », considéré comme l'un des virus les plus dangereux au monde avec un degré de mortalité élevé. En tout cas, rien n'est fondé dans cette information, mais il faut tout de même rester prudents et ne pas consommer tout ce qui est écrit « médicament ».

T.A.

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff