Publié dans Société

Automédication - Une pratique courante à Madagascar et demeurant un danger public

Publié le mercredi, 16 janvier 2019

Dans la société malagasy, il est devenu une habitude pour tout le monde de prendre des médicaments jugés basiques en cas de petite maladie comme la migraine, la toux ou encore la fièvre. Dafalgan, Paracétamol ou encore Cotrimoxamole et Fervex… il existe plusieurs médicaments qui ne nécessitent pas de l'ordonnance venant du médecin. On a qu'à en acheter à la pharmacie ou dans l'épicerie du village. Et apparemment, cette pratique semble marcher à tous les coups. Seulement, l'automédication est néfaste voire très dangereuse pour la santé.

Puisque chacun veut être le seul maître de sa santé, il fait recours au marché de l'automédication qui, actuellement, est en pleine expansion. Les soins médicaux de qualité sont hors de portée de la population, soit à cause de l'isolement, soit à cause du coût de ces soins. Selon les études menées par des spécialistes, les bactéries résistantes aux antibiotiques représentent un danger car elles provoquent des infections difficiles à traiter.

Augmentation des bactéries

Si une personne prend des antibiotiques de manière répétée et inappropriée, cela contribue à l'augmentation des bactéries résistantes aux antibiotiques, ce qui constitue l'un des problèmes de santé à traiter de manière urgente dans le monde. « Il n'est pas du tout mauvais que chaque ménage ait quelques produits pharmaceutiques à la maison. Mais le constat est que cette mini-pharmacie à domicile comporte quelquefois des ratés en termes de molécules et de solutions ayant dépassé la date de leur utilisation. Ainsi, pourquoi s'en servir sans l'avis du médecin ou de l'infirmier ou encore sans d'autres consultations au préalable en cas d'une nouvelle maladie même si les signes sont similaires ? Ce qui est vrai, un produit pharmaceutique mal utilisé est un poison que l'on introduit dans l'organisme, même si dans un premier temps, on a eu une sensation d'un soulagement passager », explique le docteur Randrianjanaka Marcel, médecin généraliste dans un cabinet privé à Itaosy.

Et lui d'ajouter : « On a plus souvent noté des effets secondaires plus sévères à court, moyen ou long terme. Ainsi donc, l'automédication peut être comparable à une arme prise dans les mains d'un non initié. Pratiquée sans conscience, elle est plus dangereuse et produit des effets regrettables. L'automédication, qu'on le veuille ou non, a le même résultat que ces pharmacies de rue tenues par de jeunes gens qui, sans aucune connaissance de la discipline médico-pharmaceutique, se permettent de vendre des molécules à ciel ouvert. Je conseille toujours tout le monde d'aller consulter un médecin et de ne pas faire ce travail à sa place. D'ailleurs, c'est sa raison d'être ». Dernièrement, une information non fondée circule sur les réseaux sociaux, avertissant sur le danger d'un certain nouveau modèle du médicament Paracétamol avec une mention P/500. Apparemment, c'est un nouveau type de Paracétamol, d'une couleur très blanchâtre contenant le virus « Machupo », considéré comme l'un des virus les plus dangereux au monde avec un degré de mortalité élevé. En tout cas, rien n'est fondé dans cette information, mais il faut tout de même rester prudents et ne pas consommer tout ce qui est écrit « médicament ».

T.A.

Fil infos

  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés
  • Fonds routier - Rencontre entre le Président et les entrepreneurs impayés 
  • Déchéance du Président de la République - La HCC renvoie l’Opposition à ses études
Pub droite 1

Editorial

  • Bilan mitigé !
    L’heure du bilan sonne. Le mandat de cinq ans des membres du Conseil pour le fampihavanana malagasy (CFM) tire à sa fin. Présidé dans un premier temps par le feu Général Charles Rabotoarison, Maka Alphonse prend le relais. La mission essentielle consiste à mettre en œuvre le « processus de réconciliation nationale » de telle manière que les blessures laissées par les crises, notamment à partir de 2002, soient guéries et par la suite instaurer un climat d’apaisement pour asseoir enfin l’unité nationale. Une noble mission à laquelle tout dirigeant politique sérieux et tout concitoyen responsable doivent assumer.

A bout portant

AutoDiff