Publié dans Société

Automédication - Une pratique courante à Madagascar et demeurant un danger public

Publié le mercredi, 16 janvier 2019

Dans la société malagasy, il est devenu une habitude pour tout le monde de prendre des médicaments jugés basiques en cas de petite maladie comme la migraine, la toux ou encore la fièvre. Dafalgan, Paracétamol ou encore Cotrimoxamole et Fervex… il existe plusieurs médicaments qui ne nécessitent pas de l'ordonnance venant du médecin. On a qu'à en acheter à la pharmacie ou dans l'épicerie du village. Et apparemment, cette pratique semble marcher à tous les coups. Seulement, l'automédication est néfaste voire très dangereuse pour la santé.

Puisque chacun veut être le seul maître de sa santé, il fait recours au marché de l'automédication qui, actuellement, est en pleine expansion. Les soins médicaux de qualité sont hors de portée de la population, soit à cause de l'isolement, soit à cause du coût de ces soins. Selon les études menées par des spécialistes, les bactéries résistantes aux antibiotiques représentent un danger car elles provoquent des infections difficiles à traiter.

Augmentation des bactéries

Si une personne prend des antibiotiques de manière répétée et inappropriée, cela contribue à l'augmentation des bactéries résistantes aux antibiotiques, ce qui constitue l'un des problèmes de santé à traiter de manière urgente dans le monde. « Il n'est pas du tout mauvais que chaque ménage ait quelques produits pharmaceutiques à la maison. Mais le constat est que cette mini-pharmacie à domicile comporte quelquefois des ratés en termes de molécules et de solutions ayant dépassé la date de leur utilisation. Ainsi, pourquoi s'en servir sans l'avis du médecin ou de l'infirmier ou encore sans d'autres consultations au préalable en cas d'une nouvelle maladie même si les signes sont similaires ? Ce qui est vrai, un produit pharmaceutique mal utilisé est un poison que l'on introduit dans l'organisme, même si dans un premier temps, on a eu une sensation d'un soulagement passager », explique le docteur Randrianjanaka Marcel, médecin généraliste dans un cabinet privé à Itaosy.

Et lui d'ajouter : « On a plus souvent noté des effets secondaires plus sévères à court, moyen ou long terme. Ainsi donc, l'automédication peut être comparable à une arme prise dans les mains d'un non initié. Pratiquée sans conscience, elle est plus dangereuse et produit des effets regrettables. L'automédication, qu'on le veuille ou non, a le même résultat que ces pharmacies de rue tenues par de jeunes gens qui, sans aucune connaissance de la discipline médico-pharmaceutique, se permettent de vendre des molécules à ciel ouvert. Je conseille toujours tout le monde d'aller consulter un médecin et de ne pas faire ce travail à sa place. D'ailleurs, c'est sa raison d'être ». Dernièrement, une information non fondée circule sur les réseaux sociaux, avertissant sur le danger d'un certain nouveau modèle du médicament Paracétamol avec une mention P/500. Apparemment, c'est un nouveau type de Paracétamol, d'une couleur très blanchâtre contenant le virus « Machupo », considéré comme l'un des virus les plus dangereux au monde avec un degré de mortalité élevé. En tout cas, rien n'est fondé dans cette information, mais il faut tout de même rester prudents et ne pas consommer tout ce qui est écrit « médicament ».

T.A.

Fil infos

  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau
  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • Liaisons dangereuses !
    Sans vouloir aller trop loin pour décrypter l’œuvre épistolaire écrite par le français Pierre Choderlos de Laclos intitulée « Liaisons dangereuses » et publiée le 23 mars 1782 (Wikipédia), nous nous intéressons tout de même à certain parallélisme des faits. Dans la vie d’un ménage au sein de la petite famille, les tentations aux aventures ou à des liaisons extra-conjugales menacent à tout moment la solidité de la vie d’un couple et la cohésion familiale. Elles mettront toujours en danger l’avenir immédiat et à long terme de tous les membres de la famille (parents et enfants). Evitant de mettre les pieds dans la plate-bande des autres ou s’immiscer dans les affaires des directeurs des âmes ou des juges, nous nous limitons à dire que les liaisons dangereuses nuisent à la sérénité et à l’unité de la famille.Le parallélisme des faits entre la vie d’un couple au sein d’une famille avec…

A bout portant

AutoDiff