Publié dans Société

CNAPMAD en rechute - Les employés craignent le pire…

Publié le jeudi, 31 janvier 2019

En déclin depuis des années. Bon nombre d’employés au sein du centre national de production de matériel didactique (CNAPMAD) ont misé sur le nouveau Directeur de l’établissement, nommé à ce poste il y a quelques mois de cela. Si les divers problèmes rencontrés par le centre sont liés notamment à une mauvaise gouvernance, voire une gabegie, cette situation semble s’empirer ces derniers temps, à en croire des employés. Ces derniers tiennent toutefois à garder leur anonymat par peur d’être victimes de représailles. « Rien ne va plus depuis la nomination du nouveau Directeur en 2018. Outre la nomination des Chefs de Départements qui ne disposent ni des compétences ni des diplômes requis pour de telles responsabilités, le premier responsable ont recruté une quarantaine de personnels étrangers. La majorité d’entre les nouveaux recrus viennent de la localité d’origine du Directeur, lequel favorise le népotisme au sein de l’établissement. A cela s’ajoute les affectations abusives et disciplinaires pour les employés qui osent critiquer la mauvaise gouvernance constatée auprès du centre », déplore l’un des employés, désappointé. « Nous craignons le pire si cette situation continue puisque le CNAPMAD n’a pas les moyens d’assurer à la fois son fonctionnement et le salaire de ses employés, notamment les nouveaux recrus. La preuve, le paiement de salaire du personnel accuse quelques jours de retard depuis des mois », ajoute un autre employé.


Une pétition pour rester au poste
Le redressement de l’établissement fait partie des promesses du nouveau Directeur lors de sa nomination. Mais depuis, aucune action concrète n’a été entreprise sauf la réhabilitation de l’extérieur du bâtiment, plus précisément côté peinture. L’intérieur reste le même que celui des années précédentes. La rénovation des machines et autres matériels de production restent des promesses non tenues jusqu’ici, d’après les employés. Il en est de même pour la formation des techniciens. Toutefois, le directeur a récemment fait une pétition auprès des employés de l’établissement dans le but de rester au poste. La pétition avance des réalisations « utopiques » faites en quelques mois. « Sur les 180 personnels recensés, une trentaine ont signé la pétition », informe nos sources.  Les autres, non convaincus, font face aux répressions et affectations tandis que ceux qui ont les « grandes gueules » sont nommés dans différents postes en contrepartie de leur « silence ».
Désespérés, les employés interpellent le numéro Un au sein du ministère de l’Education nationale, département de tutelle, à constater de visu ou suivre de près cette situation, laquelle favorise la rechute du CNAPMAD. « Certains employés de l’établissement ont déjà effectué plus de 30 ans de service. Ce sera catastrophique pour eux si le centre ferme ses portes pour un chômage technique ou une faillite », se désole le porte-parole des personnels. Bref, ils réclament un changement pour un vrai redressement du centre.
L.R

Fil infos

  • 8 mars - Madagascar honore toujours ses femmes
  • Président Andry Rajoelina - « Que les forces des ténèbres soient vaincues »
  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Journée des combattantes
    8 mars, jour-J ! « Journée internationale de la femme » ce jour. Journée de l'année spécialement dédiée aux réflexions, sinon à la mise pour la énième fois sur le plateau du débat relatif aux droits fondamentaux du genre féminin. L'ONU, Organisation des Nations unies, adopte en Assemblée générale en 1977 une résolution historique reconnaissant la date de 8 mars comme étant une Journée mondiale de la femme. Et que tous les pays membres épris de liberté et respectant les droits humains, notamment ceux de la femme ont le devoir voire l'obligation de consacrer ce jour-là à une réflexion approfondie et à organiser ainsi des manifestations officielles se rapportant sur les droits de la femme. Madagasikara tient, tous les ans, à rendre hommage à cette journée hautement symbolique.

A bout portant

AutoDiff