Publié dans Société

Eboulement à Ambanin’Ampamarinana - 06 morts et 06 blessés, 6 maisons détruites

Publié le lundi, 04 février 2019

Nouveau drame dans la Capitale ! Alors que les plaies laissées par le récent et meurtrier éboulement  à Tsimialonjafy, ne s’étaient pas encore cicatrisées, voilà qu’un nouvel incident vient d’endeuiller des familles à  Ambanin’Ampamarinana vers 9h du matin hier. Trois gros blocs de rocher d’au moins 4 tonnes chacun s’étaient brusquement détachés de l’endroit où ils étaient fixés sur la paroi de cette redoutable falaise avant que l’un d’eux n’atterrisse plusieurs mètres plus bas, en plein sur une zone d’habitation. Bilan : 06 maisons ont été rasées. Au total, 06 occupants de celles-ci furent tués dont Bakolalao Rasamson, les époux Narindra et Navalona Razafiarivelo ainsi qu’un gamin de 3 ans nommé Nomentsoa Razafindrainibe.

Certains sont décédés sur le coup tandis que d’autres ont succombé à l’hôpital.  La première victime, la plus âgée de toutes,  avait été littéralement décapitée et démembrée lorsque le rocher s’abattit sur sa maison. Le drame d’hier s’est produit à 200 mètres à peine du point où le premier a également fait plusieurs victimes l’année dernière !
Récidive
Par ailleurs, les personnes blessées sont toutes des adultes et elles ont été assez rapidement admises à l’HJRA Ampefiloha. Le cas d’un certain Mamy, la cinquantaine, est déplorable. Déjà touché lors de la précédente tragédie, il était de nouveau touché et s’en était sorti avec un sérieux traumatisme crânien. Tout était arrivé si rapidement que les malheureux, semblent n’avoir eu le temps de réaliser ce qui leur est arrivé
« Nous étions dans la cour lorsque j’ai vu les rochers dégringoler subitement le long de la falaise. C’était terrifiant. La chute des trois gros blocs s’accompagnait d’un grondement sourd et il y avait surtout toutes ces poussières ! Vraiment, c’était une vision de cauchemar. J’ai tout de suite compris qu’il y aura des victimes », relate  Raly, la cinquantaine et qui habite plus au Sud, à Ambatobevanja.
De leur côté, les pompiers n’ont pu réellement rejoindre les lieux qu’un quart d’heure après le sinistre. Mais contrairement à Tsimialonjafy ou à Ampamarinana l’année dernière, leur intervention n’a pas cette fois-ci posé de graves  problèmes. Une heure à peine après les opérations de sauvetage et ils ont réussi à localiser et dégager presque toutes les victimes des décombres, et ce, malgré la roche qu’il fallait déplacer ou soulever.
Mesures draconiennes
Le drame d’hier a vu la mobilisation sans précédent des membres du Gouvernement et des autorités actuelles, aussi bien sur le lieu du drame qu’à l’HJRA Ampefiloha.  On a pu voir entre autres la ministre de la Communication Lalatiana Rakotondrazafy, le Seg de la Gendarmerie nationale, le Gal de division Richard Ravalomanana, le préfet d’Antananarivo et le ministre de l’Aménagement du Territoire remettre des enveloppes et apporter du réconfort moral aux proches des victimes présents au service des urgences et à la morgue de l’HJRA. Tous les soins nécessaires aux victimes sont désormais à la charge du Gouvernement.  Encore émus, les concernés ont répondu et  témoigné leur entière reconnaissance par des larmes de douleur et d’impuissance.
Suite à la nouvelle tragédie d’hier, le préfet de la ville d’Antananarivo a déclaré d’un ton ferme que : « Le temps des négociations est fini. Désormais, tous les occupants se trouvant dans les endroits déclarés zones rouges dont Ambanin’Ampamarianana, doivent impérativement évacuer les lieux. Ces déplacements de familles concerneront 2003 logements. En ce moment même l’OMC élargie incluant la Gendarmerie, la Police et le Bureau de gestion des risques et des catastrophes naturelles étudient les moyens pour réaliser ces déplacements de riverains locaux. D’autres rochers risquent encore de provoquer d’autres incidents », déclare-t-il, hier.
En attendant, les riverains d’Ambatovinaky s’inquiètent vivement eux aussi. En effet, le secteur du  ministère de l’Eau ainsi que cinq ou six habitations situées en contrebas d’un vieux cirque rocheux, craignent aussi le pire. La première alerte a eu lieu au même moment que le drame de Tsimialonjafy lorsque de gros fragments de pierre se sont détachés de très vieilles parois rocheuses et ont failli écrabouiller une voiture garée dans la rue située tout en bas de cette formation.
Franck Roland

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau
Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff