Publié dans Société

Coupure d’eau à Antsahameva Ankatso - Veillée des habitants auprès de la borne fontaine publique

Publié le dimanche, 07 avril 2019

Les problèmes d’eau dans plusieurs quartiers sont loin d’êtres résolus. La compagnie d’eau et d’électricité de Madagascar (JIRAMA) avance des problèmes d’infrastructures comme leur vétusté et leur insuffisance face à la croissance de la population, qui demande la hausse de besoin en eau ainsi que le gaspillage, comme les raisons principales de ce problème d’approvisionnement en eau. Parmi les quartiers les plus touchés figurent notamment Ambohimangakely, Soamanandrariny et Ambohibe Ilafy pour le côté est, Andoharanofotsy et Mahalavolona pour le côté ouest et Sabotsy Namehana et Lazaina ou encore Ambondrona et Faravohitra pour les côtés nord et sud. Le ras-le-bol est donc partout et dernièrement, c’était dans la partie de Tsiadana et d’Andraisoro que les manifestations ont explosé. Pour rappeler les faits, des bidons jaunes ont été mis par les habitants sur la route, vendredi dernier, pour bloquer la circulation afin de tirer la sonnette d’alarme. Selon les explications recueillies, leur mécontentement est dû à cause de la coupure d’eau qui est trop fréquente depuis plusieurs années. Apparemment, c’est la panne de quelques jours qui a surtout alarmé les consommateurs dans ces quartiers. De la matinée jusqu’à très tard dans la soirée, l’eau sortant du robinet n’arrive même pas à remplir douze bidons sur une centaine qui font déjà la queue et pourtant, le gagne-pain de plusieurs personnes qui y habitent dépend entièrement de l’eau. Sans parler des besoins d’eau quotidiens de chaque foyer. Pendant la « petite » grève, les Forces de l’ordre sont descendues sur place mais le calme est revenu surtout avec la promesse des responsables de trouver des solutions seulement en quelques heures. Pourtant, jusqu’à maintenant, les grognes des habitants ne cessent pas puisqu’aucune évolution de la situation n’a été enregistrée. Les habitants de Tsiadana et d’Andraisoro sont toujours privés d’eau.


Le bidon à 1000 ariary
Pas loin de Tsiadana, les consommateurs à Antsahameva Ankatso sont également en galère puisqu’ils achètent le bidon d’eau à 1000 ariary, après une coupure de 72 heures à la borne fontaine. « Cela fait trois nuits que les habitants d’Antsahameva et ses alentours, en face du portail de l’Université d’Antananarivo, dorment près du borne fontaine à cause de cette coupure d’eau. C’est la galère totale car si même l’eau du robinet se remet à couler pendant 30 à 40 minutes, il n’arrive à remplir que quelques bidons raison pour laquelle les queues ne s’arrêtent plus de s’allonger sur place. Pour attendre que l’eau revienne, beaucoup sont donc obligés d’y dormir afin d’avoir de l’eau. Ceux qui ne peuvent pas attendre achètent donc le bidon à 1000 ariary à ceux qui peuvent en donner. De l’eau trouvée ailleurs et transportée sur place par des voitures », explique Lemana Elisée sur son compte facebook. Apparemment, cela est devenu un business pour certains mais  il vaut mieux payer fort au lieu de dormir dans le froid dehors. Quoi qu’il en soit, aucun communiqué n’a été fait à propos de cette coupure et personne ne connait la vraie raison. « Nous attendons le retour de l’eau, d’ailleurs, tout le monde n’aura pas toujours le moyen de se payer le bidon à 1000 ariary donc il faut bien que la JIRAMA trouve une solution car on souffre », conclut-il. Selon d’autres informations, le ministère de tutelle ainsi que la compagnie proposent de construire des forages dont les premières infrastructures seront construites à Ambohimangakely et à Ambohitrarahaba. Il s’agit d’une solution rapide et ces forages devraient produire 100 m3 par heure et  être opérationnels dans six mois, au plus tard. « Jirama Water Three », une amélioration de l’extension du réseau de distribution d’eau à Antananarivo figure également parmi le projet de la JIRAMA. Ainsi, les habitants de ces quartiers devront  donc encore patienter car la machine est encore loin d’être en marche.
T.A.

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff