Publié dans Société

Tentative de braquage du fourgon de Brinks - 3 personnes à Tsiafahy

Publié le mercredi, 17 avril 2019

L’affaire d’une tentative de bandits pour braquer un fourgon blindé de Brinks à Amoronankona, sur le By-pass, samedi  dernier, connaît un récent développement. Après leur audition auprès de la Gendarmerie, puis leur récent déferrement, les trois personnes entraînées dans cette affaire ont été placées en détention provisoire à la maison de force de Tsiafahy, hier. Il s’agit respectivement  de deux résidents  d’Andoharanofotsy, mais aussi un agent de la station-service situé près de la banque où la tentative de braquage s’est produite.  Concernant les deux premiers, ils ont été arrêtés samedi, le soir même des faits. Ils ont été  identifiés par la Gendarmerie à cause d’une moto qui avait été utilisée par les bandits mais qui a dû être abandonnée sur les lieux après la fusillade ayant coûté la vie à deux assaillants. Car en vérifiant ce qui se trouvait dans la moto, les gendarmes ont rapidement identifié les deux suspects avec des pièces d’identité indiquant leurs adresses à Andoharanofotsy. En réalité, l’un des suspects serait le propriétaire de cette moto et qui l’a revendu à l’autre individu incriminé en même temps que lui. En guise d’explication, l’une des deux parties a avoué que la transaction avait bel et bien eu lieu mais il manquait la mutation. Quant au troisième suspect, il s’agit de l’employé de la station-service. Il fut arrêté le dimanche matin suivant. Sa faute : avoir récupéré le téléphone qu’un des assaillants a fait tomber, sans doute par mégarde, sur le sol. Pourtant, il est curieux qu’il n’ait plus l’objet durant la période de son audition. 

  Rappelons qu’ils étaient cinq à perpétrer l’assaut contre le véhicule de Brinks ce samedi dernier en début d’après-midi. Venus en motos, tous ont alors voulu s’engouffrer dans le fourgon au moment où les agents de Brinks s’apprêtaient à approvisionner en liquidités le DAB de ladite banque du By-Pass. Or, les agents de Brinks ont résisté à cette attaque. Il y  eut même un échange de tirs, ce qui a alerté une patrouille de gendarmes qui passait à la hauteur du point. Dans le chaos total et pendant leur fuite à pieds, en moto ou à bicyclette, les assaillants ont réussi à s’emparer de l’arme de service d’un salarié de Brinks. Alertés par les coups de feu, les gendarmes étaient alors intervenus et ils ont ouvert à leur tour le feu en visant le camion, dans l’espoir de l’empêcher de bouger, les bandits ayant cherché à le détourner. Les tirs des gendarmes ont fait mouche. Bilan : deux braqueurs sont laissés définitivement sur le tapis tandis que le fourgon de Brinks, d’après la  consigne, a pu démarrer en trombe pour foncer en direction du siège de la société à Ivandry, et presque sans encombre. De plus, les bandits n’ont pas réussi à s’emparer du fond qui se trouvait bien à l’abri dans le coffre blindé.
Franck Roland

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff