Publié dans Société

Evacuation sanitaire en France - Des enfants malagasy malades condamnés

Publié le vendredi, 26 avril 2019

« Je vous prie, monsieur le Consul, d’accorder mon visa. Ma fille a besoin de moi jusqu’à son opération. Je vous promets que je ne vais pas faire comme la maman de G. (initiale) et de revenir à Madagascar une fois l’opération d’I. (initiale) achevée », supplie la maman d’une fillette malade, les larmes aux yeux, dans une vidéo partagée sur Facebook. En fait, la petite I. souffre de graves problèmes cardiaques entraînant son inconscience répétitive à chaque émotion. Son traitement nécessite une intervention chirurgicale à l’étranger, d’où son évacuation sanitaire prévue en France, après divers plaidoyers par son association garante. Cette petite fille, tout comme d’autres enfants malades dont les cas nécessitent des évacuations sanitaires en France, semble condamnée. Ceci suite à l’histoire de G. et sa mère, lesquelles restent introuvables dans le territoire français jusqu’ici alors que leur visa a expiré le 3 mars dernier. Pourtant, ladite association s’est porté garante auprès du Consulat de France pour cette mère de famille ayant une fillette malade dans l’obtention de leur visa. « Une fois la première opération effectuée, G. et sa mère auraient dû rentrer à Madagascar, où devrait se faire le suivi de son état de santé. Ceci en attendant la seconde intervention chirurgicale, estimée se faire en décembre 2019, mais elles restent introuvables. « Nous avons fait tous les nécessaires auprès des autorités françaises et locales, mais aucune nouvelle depuis des jours », s’explique l’association.



Le niet du Consulat

« Il s’agit du premier dossier après celui qui nous avait posé problème et vous demandez déjà une exception… Par simple respect de la parole donnée, je ne peux que vous répondre par la négative », a répondu un responsable auprès du Consulat suite à la demande de la présidente de l’association, sollicitant d’accorder un visa pour la mère d’I. Un visa de 3 mois a déjà été accordé pour la petite. La compagnie aérienne refuse toutefois d’embarquer à bord un enfant malade sans assistance. Un cas de ce genre s’est déjà produit et a couté la vie du petit patient. « Le bébé doit impérativement voyager avec sa mère à l’aller et au retour », précise la compagnie aérienne. L’interlocuteur de la présidente d’association auprès du Consulat donne une autre version. « Les autres associations avec lesquelles nous travaillons ne font jamais accompagner les enfants malades par leurs parents (précisément pour éviter les émigrations clandestines sous couvert de soins), mais par des tierces personnes ou par des médecins dans les cas les plus problématiques. Je vous invite à vous tourner vers cette dernière solution si besoin », communique ledit responsable. Autrement dit, le Consulat écarte toute possibilité d’accorder un visa pour la maman d’I., en proposant une autre option. Quant à l’association, la disparition de la mère de G. constitue un fait qui ternit son image auprès des partenaires, à commencer par le Consulat. D’ailleurs, celle-ci a porté plainte contre la mère de G. pour abus de confiance et non respect des procédures. Mais en général, des cas de ce genre condamnent les autres enfants dont le sort dépend des évacuations sanitaires en… France. Affaire à suivre !
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff