Publié dans Société

CSB II d'Ambohimanambola - Une sage-femme fait… la loi

Publié le mercredi, 19 juin 2019

Les sages-femmes sont indispensables pour les mères venant d'accoucher et les nouveau-nés. Elles sont présentes dans tous les hôpitaux et rencontrent souvent des problèmes. Mais parfois, ce sont elles-mêmes qui sont les sources du problème. Ce qui est le cas au Centre de santé de base, niveau 2 à Ambohimanambola où une sage-femme « fait la loi ». Selon une information recueillie par une source fiable, une sage-femme venant tout juste de prendre son poste ne respecte pas les droits des mères et des bébés. Apparemment, elle a échangé la douche de la chambre où elle est censée habiter avec celle de la chambre des mères venant d'accoucher. Mais encore pire, elle a échangé sa chambre (dortoir) avec celle des nouvelles mamans.

Chose qui n'a pas plu à tout le monde, notamment les parents ainsi que les gardes-malades car la chambre où elles ont été envoyées n'est pas du tout conçue pour elles. Non seulement le lieu est trop étroit mais il est surtout malpropre, ce qui ne convient pas surtout aux nouveau-nés qui ont besoin de propreté absolue.

Selon la source, sa chambre ne lui convenait pas parce qu'il n'y a pas assez de rayon de soleil qui y entre. Or, les bébés ont plus besoin de soleil et de lumière du jour que la sage-femme elle-même. De plus, la chambre est tellement sombre et n'est pas du tout convenable aux mères et enfants. Il faut noter que certaines mères ont eu des complications pendant l'accouchement et ont besoin de beaucoup d'espace, de lumière, d'une bonne aération et de propreté pour se reposer, sinon des microbes peuvent facilement les atteindre, de même que les bébés.

Face à cette situation, le médecin-chef a décidé de ne rien dire pour l'instant et de donner ainsi raison à la nouvelle venue qui a décidé de tout faire sans aucun avis de ses supérieurs. Beaucoup supposent ainsi que si la sage-femme fait cet abus de pouvoir, c'est que la plupart des patients dans cet hôpital sont des campagnards et ne peuvent pas se plaindre face à ce problème. Par ailleurs, d'autres sources affirment que le maire d'Ambohimanambola a déjà maintes fois fait venir cette femme mais comme par hasard, elle ne s'est jamais présentée, même une fois à la Mairie. En tout cas, les responsables notamment ceux auprès du ministère de la Santé publique sont appelés à prendre leur responsabilité pour y remédier. D'autres demandent l'affection immédiate de la sage-femme.

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff