Publié dans Société

Fête de l'indépendance - 1 025 agents de police mobilisés dans la Capitale

Publié le mercredi, 19 juin 2019

La fête de l'indépendance approche à grand pas. A cette occasion, bon nombre de familles, collègues et amis se donneront rendez-vous pour assister aux podiums et sortir la nuit du 25 juin pour admirer le feu d'artifice. D'après le ministre de la Sécurité publique, le contrôleur général de Police, Rafanomezantsoa Roger, la population pourra célébrer la fête dans la tranquillité. Plus de 1 000 éléments des Forces de l'ordre, composés de la Police urbaine, la Force d'intervention de police (FIP), l'Unité spécialisée de la Police nationale (USPN), ainsi que des policiers en tenue civile sont mobilisés chaque jour dans la Capitale.

A partir du 21 juin, ils œuvreront dans différents domaines et seront donc répartis en 412 agents de circulation, 257 agents de sécurisation, 190 policiers de visibilité - pédestres et motorisés et 90 policiers en tenue civile. Dans la soirée du 25 juin durant laquelle se tiendra le feu d'artifice, une nouvelle organisation sera appliquée aux alentours du lac Anosy, et cela afin de décongestionner les rues menant vers le centre-ville. Ainsi, les usagers pourront circuler en toute liberté.

Durant la fête du 26 juin, deux quartiers généraux seront ouverts au public. Le premier sera installé au Commissariat du 1er Arrondissement sis à Analakely et la seconde au Commissariat du 5ème Arrondissement situé à Mahamasina. Ils seront joignables, respectivement aux numéros 034 05 517 31 et 034 05 517 16. Sur ce, le ministre de la Sécurité publique sollicite la collaboration avec tous les citoyens. « En cas de doute ou d'un cas suspect, ou bien la disposition d'un renseignement qui pourrait être utile, nous prions aux citoyens de contacter ces numéros », avance-t-il dans sa déclaration, hier à Anosy.

Anatra R.

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff