Publié dans Société

Double évasion à la prison d’Ejeda - « Impossibilité pour les fugitifs de passer les frontières », selon la Gendarmerie

Publié le dimanche, 23 juin 2019

« Chaque chose en son temps. Nous croyons dur comme fer qu’ils tomberont bientôt entre nos mains ! », assure-t-on récemment du côté du Toby Ratsimandrava de la Gendarmerie.  Mais de qui parle-t-on ? Une nuit de mai dernier, Alain Zaheraly Rostand et Eric Mario, deux détenus condamnés à perpétuité, ont réussi à s’évader en douceur de la prison d’Ejeda Vohitany, située à Ampanihy (Sud). Normalement, ils doivent y purger leur peine pour le meurtre d’une étudiante à Toliara en 2017.

Jusqu’à maintenant, personne n’a jamais vraiment su comment les deux larrons, qui ont été justement transférés de Tsiafahy, ont réussi ainsi à s’échapper. Bien que les Forces de l’ordre, la Justice incluse, avancent que les recherches continuent toujours, il semble que l’affaire soit progressivement étouffée, voire peu à peu  jetée aux oubliettes.

Pour la Gendarmerie, et à bien entendre parler notre interlocuteur, les deux criminels doivent se terrer toujours donc quelque part dans le pays. Il faut dire que depuis cette double échappée,  beaucoup ont cru qu’avec le standing dont jouissent les membres de l’entourage des deux évadés, cela les aurait aidés à réaliser ensuite l’autre plan, le plus important : quitter à tout prix la Grande-île ! Car beaucoup d’observateurs locaux n’excluent donc pas leur fuite à l’étranger. « Personnellement, il leur est impossible de passer facilement nos frontières. S’ils doivent se rendre à l’aéroport d’Ivato, les différentes mesures ainsi que les dispositifs de veille ou de contrôle actuellement en place ne les permettront jamais de filer en douce. Même vigilance dans les principaux ports du pays. De plus, tous les services de police sont aussi sur la sellette », confie notre interlocuteur.

Interrogé sur la possibilité d’une ingérence de la nébuleuse main d’un quelconque réseau maffieux  pour qu’A.Z. Rostand et E. Mario aient cette incroyable possibilité de s’échapper de leur bagne, notre interlocuteur est plutôt sceptique. « Je ne crois pas vraiment à ce que la mafia, si elle a agi dans les coulisses comme certains le prétendent, soit vraiment derrière l’évasion des deux criminels. De toute façon, l’enquête qui est en cours tente de vérifier et déterminer comment ces groupuscules organisés locaux, fictifs ou réels, bien sûr si c’était vraiment le cas, ont pu aider les prisonniers à réaliser leur plan », conclut-il. En bref, que l’on se rassure donc sur ce point : les concernés sont donc encore dans le pays. A moins que le lendemain ne viendra nous le contredire !

Franck Roland

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff