Publié dans Société

Escroqueries, injures, diffamations sur les réseaux sociaux - Le ministère de la Communication prêt à aider les victimes

Publié le vendredi, 16 août 2019

Des comptes piratés, des arnaques lors des ventes en ligne, des photos intimes de plage partagées sur des sites pornographiques sans consentement, des faux diplômes proposés, etc. Désormais, les victimes des réseaux sociaux peuvent compter sur le ministère de la Communication et de la Culture (MCC). Ce département ministériel a récemment créé la Cellule de lutte contre la cybercriminalité (CLCC) pour leur venir en aide. « Cette entité n’a pas été créée pour doubler les activités ni remplacer les divisions de lutte contre la cybercriminalité auprès de la Police et de la Gendarmerie nationale.

Elle ne dispose pas de pouvoirs judiciaire et pénal, mais se focalise plutôt sur une assistance juridique », précise le lieutenant-colonel Herilalatiana Andrianarisaona, directeur général de la CLCC. « Les victimes d’arnaques, escroqueries, injures, diffamations et autres infractions sur les réseaux sociaux semblent, dans la plupart des cas, livrées à elles-mêmes. Cette cellule se veut être leur interlocuteur. Elle assure leur écoute et leurs orientations. Seul le Parquet peut faire la qualification des infractions », ajoute Lalatiana Rakotondrazafy Andriaton-garivo, ministre de tutelle.

Négociation avec Facebook

Une balise mise en place par les autorités. Madagascar envisage de suivre l’initiative de la France, en négociant avec le siège de Facebook aux Etats-Unis. L’objectif étant de prévenir la commission de l’infraction, en supprimant dans l’immédiat les publications injurieuses ou diffamatoires ainsi qu’en traquant les auteurs ou cybercriminels. « Il s’agit d’appliquer la loi sur la cybercriminalité déjà existante depuis 2004 et renouvelée en 2007, et non d’une dictature comme certains l’avancent », souligne le numéro Un du MCC. Les sanctions pour les infractions en ligne varient selon leur gravité. A l’exemple du piratage d’un compte, l’auteur risque 2 à 10 ans d’emprisonnement et une amende allant de 2 à 10 millions d’ariary. Mais avant de passer aux mesures répressives, la CLCC va renforcer l’éducation citoyenne des internautes, notamment les utilisateurs des réseaux sociaux composés majoritairement de jeunes. Les sensibilisations vont s’enchaîner auprès des écoles ou durant les réunions des communautés, entre autres. L’objectif étant de prévenir les infractions et de leur éduquer à mieux utiliser Internet et les réseaux sociaux.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison
  • Fête du trône du Maroc - Les félicitations du Président malagasy au roi Mohammed VI
  • Crise sanitaire - Des aides sociales pour 200 000 foyers nécessiteux de Tanà
  • Directeur général de l'IMRA - Le CVO a subi le test de toxicité

Editorial

  • Exit, le drapeau blanc !
    Le pays est en guerre ! En plein cinquième mois de bataille, à la dixième quinzaine de confinement, on entre dans une phase de guerre d’usure. Les prévisions de l’OMS ne rassurent guère. La pandémie risquerait de perdurer ! Mais, pas question de jeter l’éponge ! Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry, en sa qualité de chef de guerre, a été clair et net au Palais des Sports à Mahamasina, lors de l’inauguration du nouveau Centre de traitement de la Covid (CTC), quand il a déclaré que « Nous ne hisserons jamais le drapeau blanc ». Il est vrai que le pays fait face à un ennemi invisible et redoutable mais il écarte l’option ou l’hypothèse de courber l’échine ! Et partout dans ses déplacements, Rajoelina ne manque pas d’encourager les « soldats ». Le personnel soignant, la population des Régions contaminées et les responsables étatiques à tous les niveaux…

A bout portant

AutoDiff