Publié dans Société

Escroqueries, injures, diffamations sur les réseaux sociaux - Le ministère de la Communication prêt à aider les victimes

Publié le vendredi, 16 août 2019

Des comptes piratés, des arnaques lors des ventes en ligne, des photos intimes de plage partagées sur des sites pornographiques sans consentement, des faux diplômes proposés, etc. Désormais, les victimes des réseaux sociaux peuvent compter sur le ministère de la Communication et de la Culture (MCC). Ce département ministériel a récemment créé la Cellule de lutte contre la cybercriminalité (CLCC) pour leur venir en aide. « Cette entité n’a pas été créée pour doubler les activités ni remplacer les divisions de lutte contre la cybercriminalité auprès de la Police et de la Gendarmerie nationale.

Elle ne dispose pas de pouvoirs judiciaire et pénal, mais se focalise plutôt sur une assistance juridique », précise le lieutenant-colonel Herilalatiana Andrianarisaona, directeur général de la CLCC. « Les victimes d’arnaques, escroqueries, injures, diffamations et autres infractions sur les réseaux sociaux semblent, dans la plupart des cas, livrées à elles-mêmes. Cette cellule se veut être leur interlocuteur. Elle assure leur écoute et leurs orientations. Seul le Parquet peut faire la qualification des infractions », ajoute Lalatiana Rakotondrazafy Andriaton-garivo, ministre de tutelle.

Négociation avec Facebook

Une balise mise en place par les autorités. Madagascar envisage de suivre l’initiative de la France, en négociant avec le siège de Facebook aux Etats-Unis. L’objectif étant de prévenir la commission de l’infraction, en supprimant dans l’immédiat les publications injurieuses ou diffamatoires ainsi qu’en traquant les auteurs ou cybercriminels. « Il s’agit d’appliquer la loi sur la cybercriminalité déjà existante depuis 2004 et renouvelée en 2007, et non d’une dictature comme certains l’avancent », souligne le numéro Un du MCC. Les sanctions pour les infractions en ligne varient selon leur gravité. A l’exemple du piratage d’un compte, l’auteur risque 2 à 10 ans d’emprisonnement et une amende allant de 2 à 10 millions d’ariary. Mais avant de passer aux mesures répressives, la CLCC va renforcer l’éducation citoyenne des internautes, notamment les utilisateurs des réseaux sociaux composés majoritairement de jeunes. Les sensibilisations vont s’enchaîner auprès des écoles ou durant les réunions des communautés, entre autres. L’objectif étant de prévenir les infractions et de leur éduquer à mieux utiliser Internet et les réseaux sociaux.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Commune urbaine d'Antananarivo - Naina Andriantsitohaina fonce sur l'assainissement
  • Crédibilité au sein de l'opinion publique - La dégringolade de l'Opposition
  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables
  • Covid-19 à Madagascar - 9.000 contaminés guéris en un mois
  • Site de la MBS à Anosipatrana - La CUA veut reprendre son bien
  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé

La Une

Editorial

  • Récupérer mais non … !
    La Commune urbaine d'Antananarivo (CUA) reprend son droit. Naina Andriantsitohaina, le nouveau magistrat, dûment élu, de la ville des Mille corrige les dérives du passé. Il redresse les torts infligés par certains élus indélicats aux dépens de sa circonscription et de ses habitants. Il est de son droit le plus absolu de récupérer le patrimoine de la Commune entre les mains des responsables ou des élus sans foi ni loi.

A bout portant

AutoDiff