Publié dans Société

Sécurité urbaine - Des faux patrouilleurs opèrent

Publié le lundi, 26 août 2019

Depuis le mois de février dernier, les quartiers et les ruelles défavorisées considérés comme plus ou moins dangereux et où les malfaiteurs règnent, ont été sécurisés de jour comme de nuit par des policiers militaires (PM). Toutefois,  des faux patrouilleurs y opèrent en même  temps  que ces éléments. Et ces personnes malintentionnées profitent de la situation pour détrousser  les personnes se trouvant sur leur passage. De nombreuses plaintes y afférentes sont publiées sur le réseau social  Facebook mais ne sont rarement rapportées au niveau des postes des Forces de l’ordre. Cependant, pas plus tard que la semaine dernière, un homme de 31 ans,  prétendant être un sergent-chef, a été interpellé par une patrouille de l’Armée dans le secteur d’Isotry.

Sans pièce justificative, il s’est pavané avec sa tenue de combat avec des insignes placés aux mauvais endroits. Lors de son audition, les éléments du Commissariat du 1er Arrondissement où il a été retenu ont pu soutirer une information comme quoi il s’agit d’un fils d’un militaire habitué à porter une tenue de sergent-chef au cours de ses sorties nocturnes. D’après  les informations  communiquées  par le ministère de la Défense nationale (MDN), différents paramètres sont visibles afin de différencier les vrais et les faux patrouilleurs. « Les faux patrouilleurs ne travaillent pas en groupe. Vêtus d’une tenue militaire, ils opèrent individuellement et circulent d’une manière suspecte. Et ces signes doivent  alerter les usagers de la route »,  informe le ministère de tutelle.

Trois missions principales

Les missions de ces policiers militaires mobilisés dans toute l’île sont axées sur trois points distincts. Il s’agit en premier lieu de s’assurer de la bonne conduite des militaires et de vérifier l’utilisation à bon escient des matériels en dehors de la caserne. A cela s’ajoute la sécurisation de la population. Des éléments des PM effectuent des patrouilles dans des zones rouges de la capitale entre autres. Ils y sont présents pour éviter que les malfaiteurs n’y opèrent pas et n’y font pas de victimes. En cas de flagrant délit, ils disposent le plein droit d’arrêter les malfaiteurs et de les amener aux brigades. En outre, leur troisième responsabilité est basée sur  des actions civilo-militaires. Ils servent également d’appui et d’assistance face aux dangers rencontrés par la population locale.

Par ailleurs, leur couverture spatiale se porte sur toutes les Régions de Madagascar. Et l’intensification du nombre des patrouilles dans une zone rouge se  décide après une évaluation de L’Etat-major mixte opérationnel (EMMO) et en fonction des situations. En effet, ces patrouilleurs sont parfois envoyés par cet organe de conception mixte nationale et régionale en  mission exceptionnelle.

K.R.

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff