Publié dans Société

Arrivée des pèlerins pour la visite papale - Des postes de contrôle sanitaire opérationnels

Publié le lundi, 02 septembre 2019

Des précautions prises face aux risques d’épidémies. L’arrivée d’environ 800 000 pèlerins dans le cadre de la visite du Pape François à Madagascar, du 6 au 10 septembre prochain, constitue un facteur favorisant la propagation de diverses maladies. Ceci avec la mobilité massive et la promiscuité, d’autant plus que certains pèlerins proviennent des foyers pesteux, entre autres. Pour y remédier, le ministère de la Santé publique (MSP), en collaboration avec l’Agence des transports terrestres (ATT), ont mis en place des postes de contrôle sanitaire. Ces derniers sont opérationnels depuis le début de cette semaine auprès des routes nationales et des entrées des Districts. Les routes nationales (RN) n°1 et 7 les accueillent depuis le week-end dernier, selon les  informations recueillies. Les postes se chargeront notamment de la désinfection et de la désinsectisation de tous les véhicules transportant les hôtes, pèlerins ou encore les marchandises et autres matériels.

Des agents de santé  en permanence
Aucune demande de congé validée. Tous les agents de santé seront  présents en permanence durant le séjour du Pape à Madagascar. Pour Antananarivo, les centres de santé de base (CSB) et les hôpitaux ouvriront leurs portes, jours et nuits. A cela s’ajoutent les cliniques mobiles et les ambulances, mobilisées surtout sur les lieux de passage du Pape.  D’ailleurs, une centaine d’agents seront dépêchés pour les urgences et les secours. Pour les pèlerins, des mesures s’imposent notamment face aux messes nocturnes nécessitant des vêtements chauds, sans oublier les goûters. A noter que des étudiants en médecine ont bénéficié de quelques jours de formation pour l’assistance médicale. Ils œuvreront comme bénévoles durant la grande messe de ce dimanche à Soamandrakizay. Quant aux scouts bénévoles, ils seront parmi les organisateurs de ce grand évènement.
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff