Publié dans Société

Concours d’entrée en classe de sixième - Environ la moitié des candidats admis

Publié le mardi, 03 septembre 2019

Un casse-tête pour les uns, une option pour les autres. Une fois le diplôme du CEPE (Certificat d’étude primaire élémentaire) en poche, bon nombre de parents s’angoissent à l’idée que leurs enfants ne soient pas admis en classe de 6ème. Ceci d’autant plus que l’admission aux Collèges d’enseignement général (CEG) se fait par voie de concours, en tenant compte de la capacité d’accueil de chaque établissement. A l’exemple du CEG d’Antanimena, 700 élèves sur les 1 500 demandes d’entrée ont pu être admis, soit moins de la moitié des candidats.

« Nous n’en pouvons accueillir plus, faute de places. D’ailleurs, certains d’entre eux vont poursuivre leurs études secondaires dans des collèges privés. Le reste sera réparti dans 6 classes », explique Denis Ramarosangy, directeur dudit établissement. C’est également le cas dans la plupart des 15 CEG localisés au sein de la Circonscription scolaire (CISCO) d’Antananarivo ville, voire dans d’autres localités. Pour ces établissements, les listes des admis ont été affichés hier, un jour après celles du CEPE, suite à une organisation interne auprès de la CISCO.

Contraints de redoubler

Avec la capacité d’accueil restreinte des CEG, les collèges privés en tirent profit avec la hausse des inscriptions pour la classe de 6ème. Certains parents décident d’envoyer leurs enfants dans les établissements de leur choix. D’autres sont contraints de le faire, non pas par choix mais faute d’admission de leurs enfants dans les CEG. « Mon fils n’a pas été admis en 6ème, bien qu’il ait décroché son CEPE. Nous allons le réinscrire dans un collège privé plus près de chez nous, bien que nous avions espéré qu’il étudie au CEG dès cette année », nous confie Manitra R., mère de famille résidant à Ankaditoho Maroroho. Toutefois, des enfants sont contraints de redoubler au sein des écoles primaires publiques (EPP), même s’ils ont obtenu leur CEPE, faute de moyens de leurs parents. « J’espère qu’il y aura une liste additive des élèves admis en 6ème pour éviter que ma fille redouble, comme le cas de son frère aîné en 2016. Je n’ai pas d’argent pour l’inscrire dans un collège privé », se désole Hélène R., lessiveuse à Mahamasina. Les enfants dans cette situation referont juste le concours d’entrée en classe de 6ème l’année prochaine.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

La Une

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff