Publié dans Société

Concours d’entrée en classe de sixième - Environ la moitié des candidats admis

Publié le mardi, 03 septembre 2019

Un casse-tête pour les uns, une option pour les autres. Une fois le diplôme du CEPE (Certificat d’étude primaire élémentaire) en poche, bon nombre de parents s’angoissent à l’idée que leurs enfants ne soient pas admis en classe de 6ème. Ceci d’autant plus que l’admission aux Collèges d’enseignement général (CEG) se fait par voie de concours, en tenant compte de la capacité d’accueil de chaque établissement. A l’exemple du CEG d’Antanimena, 700 élèves sur les 1 500 demandes d’entrée ont pu être admis, soit moins de la moitié des candidats.

« Nous n’en pouvons accueillir plus, faute de places. D’ailleurs, certains d’entre eux vont poursuivre leurs études secondaires dans des collèges privés. Le reste sera réparti dans 6 classes », explique Denis Ramarosangy, directeur dudit établissement. C’est également le cas dans la plupart des 15 CEG localisés au sein de la Circonscription scolaire (CISCO) d’Antananarivo ville, voire dans d’autres localités. Pour ces établissements, les listes des admis ont été affichés hier, un jour après celles du CEPE, suite à une organisation interne auprès de la CISCO.

Contraints de redoubler

Avec la capacité d’accueil restreinte des CEG, les collèges privés en tirent profit avec la hausse des inscriptions pour la classe de 6ème. Certains parents décident d’envoyer leurs enfants dans les établissements de leur choix. D’autres sont contraints de le faire, non pas par choix mais faute d’admission de leurs enfants dans les CEG. « Mon fils n’a pas été admis en 6ème, bien qu’il ait décroché son CEPE. Nous allons le réinscrire dans un collège privé plus près de chez nous, bien que nous avions espéré qu’il étudie au CEG dès cette année », nous confie Manitra R., mère de famille résidant à Ankaditoho Maroroho. Toutefois, des enfants sont contraints de redoubler au sein des écoles primaires publiques (EPP), même s’ils ont obtenu leur CEPE, faute de moyens de leurs parents. « J’espère qu’il y aura une liste additive des élèves admis en 6ème pour éviter que ma fille redouble, comme le cas de son frère aîné en 2016. Je n’ai pas d’argent pour l’inscrire dans un collège privé », se désole Hélène R., lessiveuse à Mahamasina. Les enfants dans cette situation referont juste le concours d’entrée en classe de 6ème l’année prochaine.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff