Publié dans Société

Enseignement privé - Une demande d’ouverture sur trois rejetée

Publié le mardi, 29 octobre 2019

Plus de 12 000 établissements privés enregistrés dans tout Madagascar. Cette statistique de l’année scolaire 2017-2018 reflète le pullulement des écoles, collèges et privés dans le pays, notamment en milieu urbain. « La Circonscription scolaire (CISCO) d’Antananarivo ville recense 960 établissements privés. De plus, 70% des lycées repartis dans toute l’île sont inscrits dans l’enseignement privé », informe Marcellin Tsarasidy, directeur de l’Office national de l’enseignement privé (ONEP). Cet organisme, créé en 1994 et rattaché au ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel (MENETP), note en moyenne 6 demandes d’ouverture d’établissement.

 

« 30% d’entre ces demandes sont rejetées ou sujets de recommandation. Outre les infrastructures ne répondant pas aux normes requises, le non conformité du certificat juridique du terrain d’implantation de l’établissement ou encore du contrat de bail en cas de location explique le rejet », expose le responsable. Aussi, l’inappropriation des autorisations d’enseigner des enseignants à l’établissement demandé constitue une autre raison. Si la demande concerne un lycée par exemple, il devrait y avoir 3 professeurs scientifiques et 3 autres littéraires, ayant chacun un diplôme de Licence ou plus. A cela s’ajoute le non respect de la distance d’au moins 300 mètres, imposée par la loi, entre 2 écoles de même niveau (primaire- primaire, collège-collège, etc.) ou encore de son emplacement à côté d’un bar, karaoké ou autres. Pour vérifier le respect de ces critères requis, des descentes se font avant l’octroi d’une autorisation ou le rejet d’ouverture. Pour les zones reculées, l’ONEP se fie aux rapports des responsables locaux et des dossiers avec photos à l’appui.

Quatre établissements fermés en 8 mois

Des infrastructures hors normes, notamment des salles de classe trop étroites ne respectant pas la hauteur sous plafond minimum. Telles sont les principales causes de la fermeture de 4 établissements privés par l’ONEP, ces 8 derniers mois. Deux d’entre ces établissements, un primaire et un collège, se trouvent à Antananarivo, un collège à Ambatondrazaka et une école primaire à Toamasina. Celle-ci a été localisée dans une maison en bois, sur le point de s’écrouler. Certains d’entre- eux n’ont pas respecté la distance de 300m imposée. Dans le cas contraire, l’ouverture du nouvel établissement requiert un avis de non objection du responsable de l’ancien, à en croire le directeur de l’ONEP. Quant à la promiscuité avec un bar ou karaoké, 2 avertissements ont été lancés au cours de la précédente année scolaire. « Un établissement à Antananarivo et un autre à Maevatanana en sont les concernés, suite aux signalements des voisins ou parents d’élèves », informe le responsable. Quoi qu’il en soit, l’objectif de l’Office étant de formaliser la situation des établissements privés, depuis la filtration, le rejet d’ouverture ou les recommandations, et non de renforcer la fermeture. Cette ultime étape, effective durant les grandes vacances pour éviter la perturbation des élèves, est précédée par un avertissement en milieu d’année scolaire suivi par une lettre de mise en demeure ou encore le retrait de l’autorisation d’ouverture.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff