Publié dans Société

Sécurité routière - 279 cas d’accident recensés jusqu’à ce jour

Publié le mardi, 12 novembre 2019

Le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie a organisé lundi à Anosy un atelier réunissant le ministre de la Sécurité publique Rafanomezantsoa Roger, le directeur général de l'Agence des transports terrestres (ATT), Reribake Jeannot, les Forces de l'ordre, les transporteurs ainsi que le staff technique au sein du ministère. Pendant deux heures, les participants ont fait l’état des lieux de la sécurité routière. La discussion s’est surtout focalisée sur les accidents. Selon les statistiques du ministère, le taux d'accident a doublé cette année comparé à l'année dernière.

« Nous avons recensé 279 cas d'accident cette année contre 148 en 2018. Les causes en sont nombreuses comme le manque de professionnalisme, l’excès de vitesse, la fatigue, la surcharge et bien d’autres encore. Mais dans tous les cas, les deux-roues sont les principales victimes d’accident dans la Capitale » annonce Joël Randriamandrato, numéro un du département lors de son entrevue avec la presse.

Le ministère de tutelle va ainsi prendre des mesures pour réduire au minimum les accidents. Il envisage même d’atteindre le « zéro accident ». Toutes les actions des responsables vont alors dans ce sens. D’ailleurs, une commission spéciale sera mise en place cette semaine pour définir les plans de travail par ordre de priorité. Rien qu’à voir ce chiffre, on constate tout de suite qu’il est impératif de prendre des mesures le plus tôt possible pour éviter que la situation ne s’aggrave. Nous allons créer cette semaine une commission qui se chargera de la sécurité routière. Toutefois, certaines solutions peuvent déjà commencer comme l'application effective de la loi et du code de la route surtout concernant les deux-roues, la suppression du “dona miverina“ pratiqué par les taxis-brousse. Désormais, nous ne tolérons plus les infractions pour atteindre l’objectif du « zéro accident » ,  avance le ministre..

Solange Heriniaina

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff