Publié dans Société

Kidnapping à Ankorondrano - Un complice condamné à 3 ans d’emprisonnement ferme

Publié le jeudi, 05 décembre 2019

L’année dernière, le phénomène kidnapping a fait rage dans le pays, notamment dans la Capitale. C’était le cas en septembre 2018 lorsqu’un membre de cette communauté indienne du pays mais dont l’identité n’a pas été déclinée, fut enlevé par des individus armés à Alarobia. Hier, les deux personnes impliquées pour enlèvement, port d’armes illégal et association de malfaiteurs,  ont été traduites devant la Cour criminelle ordinaire du PAC des 67ha. Au terme de la délibération de l’affaire, le juge a sorti son verdict. Au final, c’est l’accusé qui  répond au nom d’Alain Noël, alias Ralala a écopé d’une peine de 3 ans d’emprisonnement ferme pour association de malfaiteurs et séquestration. Quant au second, le prénommé Minoarifetra, il a été relâché au bénéfice du doute, faute de preuve pour le retenir.

D’abord, les prévenus ont formellement nié les faits jusqu’au bout. Et au fur et à mesure que les débats ont progressé, il s’avère que le flou persiste finalement à propos des rôles de ces deux démarcheurs de voiture,  dans cet enlèvement. Et que ce sont leurs complices dont certains sont écroués, d’autres en cavale, qui étaient directement dans le coup. Sauf qu’ils n’ont pu nier leur association au gang ayant perpétré l’acte. Et c’est le seul élément qui a permis d’enfoncer le surnommé Ralala. D’ailleurs, il a avoué d’avoir été au côté de ses complices pendant la séquestration de l’otage à Andoharanofotsy, le temps que les ravisseurs obtenaient la rançon. Et qu’il a eu sa part de ce magot se chiffrant à 400 millions de fmg. Durant quatre jours d’affilée, la victime a enduré les pires cauchemars liés à l’émotion et surtout la peur d’être assassinée.

Ses proches ont dû faire le paiement en deux phases, le temps nécessaire pour réunir la somme demandée. Durant les débats à l’audience, l’on a appris que les membres de la communauté ont dû cotiser pour aider la famille à  atteindre le montant total. Notons que les deux accusés avaient été arrêtés en avril 2019,  et que l’un des cerveaux présumés du rapt, fut éliminé par les Forces de l’ordre au moment de son arrestation à l’époque. L’homme a essayé de s’opposer par la force aux représentants de la loi. Ce dernier travaillait également en tant que démarcheur de voiture, tout comme ces deux autres.
Franck R.

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff