Publié dans Sport

Préparation des Jeux des îles de l’océan Indien - La galère des athlètes malagasy

Publié le vendredi, 01 juillet 2022



Dans exactement 13 mois, Madagascar brillera de nouveau en tant que pays hôte des Jeux des îles de l’océan Indien 11ème édition. Si l’Etat Malagasy mise sur les infrastructures sportives, les athlètes malagasy, quant à eux, éprouvent des difficultés pour y avoir accès. Pour le moment, le ministère de la Jeunesse et des Sports n’a toujours pas annoncé la date officielle du début du regroupement.  Selon une source auprès du ministère, ledit regroupement ne débutera pas avant la fin de l’année.
Les athlètes s’entraînent pour le moment avec leurs propres moyens en vue des championnats nationaux et notamment dans l’optique des JIOI 2023. Les clubs et les Fédérations battent de l’aile pour aider leurs athlètes afin de les préparer au mieux en vue du rendez-vous indianocéanique.
Quant à la discipline athlétisme, une liste des présélectionnés a déjà été préétabli depuis le mois de mars dernier à l’issue des tests. Malheureusement, les athlètes ne peuvent pas s’entrainer comme il se doit au stade d’athlétisme d’Alarobia. Ils ne sont pas « prioritaires » dans l’utilisation du terrain. En effet, privés du gazon, délimité avec des cordes par les responsables de la gestion du stade Alarobia. Nous ne pouvons même pas faire une foulée douce sur le gazon alors que cela figure dans notre programme d’entrainement. Pis, nous ne sommes pas en mesure de nous entrainer dans les disciplines javelot, disque et lancer du marteau et de poids sous prétexte que nous détruisons le gazon », raconte un décathlonien malagasy.
Le président du Comité olympique malagasy, Siteny Randrianasoloniako, est resté bouche bée, hier, en voyant les conditions d’entraînement des athlètes lors d’une visite inopinée au stade d’Alarobia. Toute de suite, il a réagi en appelant les responsables du stade au sein de la Commune. « Depuis nos 60 ans d’indépendance, le stade d’athlétisme d’Alarobia est toujours connu comme un terrain d’athlétisme. Nos athlètes n’ont jamais été interdits de s’entrainer. Nous avons déjà connu un retard sur le regroupement par rapport aux autres pays qui envoient leur athlètes s’entrainer en Europe mais là on prive aussi nos athlètes de fouler le gazon. C’est absurde. Je ne peux pas rester de marbre face à cela » a martelé le numéro un du sport à Madagascar.
« Ces athlètes sont même privés de tenir une compétition sur les lieux quand il a des locataires sur le terrain du football. C’est inacceptable. Notre Chef d’Etat a déjà bâti plein de terrain de foot partout à Antananarivo. Aux Jeux des îles, si l’athlétisme est en bas du classement de médailles nous serions aussi en bas du classement de médailles. Ce n’est pas pour cela que nous avons accepté d’abriter les Jeux mais pour gagner la première place », a-t-il renchéri. Et il réclame la restitution sans condition du stade à l’Athlétisme. Ce dernier dont le piste en tartan est déjà impraticable vu son état actuel.
Le même jour, le président du COM a rendu visite à l’Haltérophilie, deuxième discipline pourvoyeuse de médailles pour Madagascar. Quant aux leveurs de fonte malagasy, les athlètes louent des salles d’entrainement sinon ils s’entrainent chez eux. Le COM demande aussi la réouverture des sous-gradins de Mahamasina qui abritaient plusieurs salles d’entraînement pour les disciplines et pour tant d’autres comme la boxe, le taekwondo, judo et lutte, pour que les athlètes puissent s’entraîner.
Elias Fanomezantsoa

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff