Un homme encore dans la force de l’âge fut grièvement blessé à la suite d’un accident aux circonstances floues sur la Rocade de Tsarasaotra, précisément au PK 1+700, hier. A part le fait que la victime soit   touchée sévèrement, car elle  gisait longtemps inerte et tout en sang sur le macadam, personne semblait loin de s’empresser de courir à son chevet. Le motocycliste, puisqu’il s’en est agi, aurait fini par faire une chute en voulant éviter un piéton qui a, pour sa part, coupé la voie de façon imprévue. Des témoins assurent qu’aucun des automobilistes, ayant emprunté la voie rapide dans les deux sens, n’a même pas daigné s’arrêter pour essayer de voir ce qui est arrivé au malheureux. C’était dans ces circonstances que, de retour de Betroka via Ivato, le secrétaire d’Etat à la gendarmerie, le Gal Richard Ravalomanana, a montré l’exemple du comportement de citoyen responsable. Aussitôt, le Seg a fait embarquer la victime, toujours dans le coma dans sa voiture pour la transporter d’urgence au centre de santé de base à Anosivavaka. Après ce premier  acte plein de bienveillance de sa part, le Seg est ensuite retourné sur le lieu de l’accident pour y récupérer la moto de la victime.

Publié dans Société

En ruine. Le port de Manakara a cessé d’être fonctionnel depuis plus de 20 ans. Il a pourtant assuré la survie de plusieurs ménages pendant des années, voire le développement de tout le District. Depuis, aucune réhabilitation n’a été entreprise au point que cette infrastructure se trouve actuellement dans un état de délabrement avancé. Depuis, l’économie du District, voire de la région Vatovavy-Fitovinany (V7V), s’est affaiblie tout comme les sources de revenus des centaines de familles. Toutefois, la réhabilitation du port de Manakara fait partie des grands projets de la V7V, inscrits dans un document officiel élaboré en 2017 avec l’appui de la Chine. Les travaux y afférents auraient dû démarrer en 2018-2019 quoi qu’ils restent en suspens jusqu’ici. « Une réunion avec des autorités locales et décideurs s’est tenue en début de ce mois de mars pour relancer ce grand projet. Une occasion de faire appel aux partenaires et bailleurs afin de les convaincre de s’investir dans la réhabilitation du port. Une lueur d’espoir dans la reprise du projet se profile à l’horizon », avance Fridolin Caleb, chef de région par intérim de la V7V.

Publié dans Société


L’initiative d’une époque révolue. Tel pourrait – on qualifier le geste du préfet de Toamasina qui vient de publier une note aux allures d’injonction. Très vite, le document a fait le tour de la Grande toile et n’a pas manqué de faire le buzz sur les réseaux sociaux, hier. Ledit document cacheté et signé en bonne et due forme par le secrétaire général de la Préfecture (par délégation du préfet) appelle la population du Grand Port à venir en masse pour accueillir le Président de la République, Andry Rajoelina à l’aéroport d’Ambalamanasy où il est prévu débarquer demain, dimanche. Chaque foyer est également encouragé à hisser le drapeau national. Des actions visant une « mobilisation collective pour honorer le Président de la République », selon toujours le communiqué. Une initiative qui a fait énormément jaser car devrait désormais appartenir à une époque révolue.Il est certain que cet excès de zèle ne plaira nullement pas au Chef de l’Etat. Dès son arrivée au pouvoir, le Président Andry Rajoelina a, en effet, inscrit parmi ses chevaux de bataille la rupture avec les anciennes et mauvaises pratiques du passé. A titre d’exemple, à ses sorties internationales ou ses retours au pays, le Président Andry Rajoelina refuse que les chefs d’institution, ministres ou hauts responsables se déplacent à l’aéroport d’Ivato pour le saluer ou l’accueillir. « Que les responsables se mettent au travail au lieu de perdre leur temps à ces protocoles inutiles », a-t-il lancé en Conseil des ministres. L’initiative du préfet de Toamasina, au lieu d’augmenter la cote du Chef de l’Etat, ne fera que ternir son image.

Publié dans Politique

«  Notre père nous a quitté ce matin à 10h15 ». C’est par ce post publié sur les réseaux sociaux par son fils, Mahery Lanto, que les Malagasy ont appris hier la mauvaise nouvelle du décès d’un des rares grands politiciens de Madagascar. Bien qu’affaibli de l’amputation de sa jambe en 2015, Manandafy Rakotonirina possède toujours sa capacité intellectuelle et ne rate jamais l’occasion d’exprimer ses avis critiques tant sur les dirigeants que les opposants malagasy. Né le 30 octobre 1938 à Fandriana, il  a fait ses études primaires à Ambositra et Antsirabe avant de devenir des années plus tard professeur de sociologie, le point de départ de sa longue carrière politique. A la tête du parti MFM, Manandafy Rakotonirina était derrière les mouvements populaires qui ont émaillé l’histoire de la République de Madagascar, en avril 1971 avec le regretté Monja Jaona, en mai 1972 durant la manifestation estudiantine, en 1991 avec Richard Andriamanjato, Zafy Albert et consorts et tout dernièrement en 2002.  « Vaut mieux l’avoir avec soi que contre soi », aimait répéter Didier Ratsiraka en enrôlant Manandafy Rakotonirina en 1977 au sein du Front national pour la défense de la révolution (FNDR) et ce après avoir placé en résidence surveillée ce bouillant politicien pendant des mois. Habitué à ce genre de « sanction politique », Manandafy l’a vécu souvent durant ses quarante-sept ans de carrière politique.

Publié dans Politique

Sans détour. Hier, à  l’aéroport international d’Ivato, Andry Nirina  Rajoelina, Président de la République a de nouveau répondu à la polémique naissante suite à son annonce depuis Maurice de l’implantation d’un site industriel à Moramanga, dont  80Ha seraient réservés aux entreprises textiles mauriciennes.  Malgré les critiques, il a affirmé son intention de ne pas reculer et ce pour l’intérêt général. « Je suis étonné d’entendre certaines personnes m’accuser de vendre la terre de nos ancêtres. Il faut clarifier une chose : Madagascar n’est pas à vendre. La terre de nos ancêtres n’est pas à vendre.  Toutefois, je ne resterai pas sans rien faire et regarder uniquement les richesses entre nos mains », a indiqué le Chef de l’Etat, au cours d’un point de presse à sa descente d’avion.  A Maurice, au cours d’une visite d’Etat, et lors de la signature des protocoles d’accords entre Madagascar et Maurice, le numéro Un malgache   avait annoncé qu’un site industriel de 600Ha sera implanté à Moramanga. Depuis Nairobi, où il avait assisté au « One planet summit » et à l’Assemblée générale des Nations Unies sur l’environnement, le Chef de l’Etat avait déjà réagi une première fois, affirmant qu’il était hors de question de vendre nos terres aux étrangers. Cette fois-ci, le Président de la République donne plus de clarifications sur le projet et se défend contre toute accusation de vente de terres des ancêtres.  Le Président Andry Rajoelina de préciser d’emblée que la mise en place de ce parc industriel cadre avec ses engagements de campagne concernant la création d’emplois et l’industrialisation du pays. Le projet vise ainsi à créer des emplois par milliers, à attirer les investisseurs étrangers et locaux.

Publié dans Politique

La traque des auteurs de magouilles continue et s’intensifie même. Les interceptions s’amplifient et ne font aucune distinction ni un « deux poids, deux mesures ». Tous les anciens dignitaires ayant commis des malversations (conseillers spéciaux, ministres, Dg ou autres, des opérateurs économiques, ...) passent à la trappe. Les mesures de rétorsion contre toutes les formes d’exaction portant atteinte aux intérêts supérieurs de la Nation sont diversement appréciées auprès de l’opinion et de certaine classe politique. Pour les « ennemis » du régime, en place, il ne s’agit ni moins ni plus que de vilains actes de règlements de comptes. Les principales cibles étant, pensent-ils, les anciens dignitaires du pays. Selon les commentaires véhiculés à travers certains quotidiens de la place et par réseaux sociaux interposés, la nouvelle équipe dirigée par Andry Rajoelina  s’acharne, sans ménagement, contre les membres influents de l’ancienne équipe au pouvoir, et cela, pour leur rendre la monnaie de la pièce. Ces ennemis du régime actuel rappelent dans leurs commentaires  que, les barons aux cravates bleues avec la bénédiction de leur Patron, Hery Rajaonarimampianina, menaient la vie dure à leurs anciens compagnons d’armes qui, au fait, les avaient conduits au pouvoir. Les élus MAPAR, du moins ceux qui étaient fidèles à leur famille politique, subirent les exactions morales et physiques des hommes à Rajao. Pour ne citer que quelques cas représentatifs, Christine Razanamahasoa, députée élue MAPAR d’Ambatofinandrahana, ancienne ministre et ancienne présidente de l’Assemblée nationale qui fut expulsée manu militari, tôt le matin, de son domicile de fonction à Amparibe. L’ancien ministre de la Transition et membre influent du MAPAR, Augustin Andriamananoro, dans l’affaire Soamahamanina,  sa localité natale, avait été appréhendé sans aucune considération humaine et placé sous mandat de dépôt à Antanimora pour des raisons floues sinon banales. Sans parler des abus de pouvoir orchestrés à l’encontre des proches de l’ancien président de la Transition. Bref, le régime HVM matraquait, pour des motifs superficiels voire sans fondement, les hauts dirigeants du MAPAR/TGV.   Les partisans du régime précisent tout de même que les arrestations de ces derniers jours relèvent plutôt des affaires démasquées au temps de l’ancien régime mais que les enquêtes ou les exécutions des ordres ont été délibérément ralenties  pour des raisons que tout le monde connait. Adepte de la politique de la tolérance zéro, les dirigeants actuels ne se constitueront pas un obstacle à la bonne marche de la machine judiciaire. La récente incarcération à Antanimora  d’un candidat aux élections législatives, et non moins ancien haut responsable des services fonciers,  sous la couleur de la mouvance présidentielle en est une preuve.  Le peuple décida de remettre la pendule à l’heure. Entièrement et profondément désabusé par les inepties et aberrations, à répétition, des tenants du pouvoir HVM, il opta pour un changement ... radical. La population qui ne supporte plus que l’on  lui marche dessus a balayé d’un coup de ... balai décisif le régime délétère de Rajao. Zandry Kely revient, de la manière la plus noble, à la barre. Un nouveau régime s’installe. Sous la bonne garde de Rajoelina Andry Nirina, Président de la République et sous l’impulsion de l’Initiative pour l’émergence de Madagasikara (IEM), le nouveau pouvoir est déterminé à combattre, sans fioriture, les errements de l’ancien régime. Aucune tolérance n’est admise ! L’impunité zéro est appliquée ! Déterminés à imposer le holà à toutes les aberrations commises, la nouvelle équipe a pris des mesures draconiennes  à l’encontre de tous les fauteurs. Farouchement contre et déterminé à éradiquer la corruption, à punir les auteurs de détournements de deniers publics et à s’opposer contre les cessions des terres des Ancêtres, Rajoelina ne reculera jamais sur ces mesures d’assainissement qu’il ne faudrait jamais confondre avec les futiles règlements de comptes. 
Ndrianaivo

Publié dans Editorial

Fil infos

  • Nosy Be - La décision de la Justice bafouée par des autorités
  • Gestion et recensement du personnel de l'Etat - Ultimatum d'un mois pour tous les ministres
  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés
  • Ambilobe - Deux attaques à main armée en l’espace de 24 h
  • Réhabilitation de Notre-Dame de Paris - Un élan de solidarité à copier !
  • Elections municipales 2019 - Antananarivo à la recherche de la perle rare !
  • Tensions entre HVM au Sénat - 35 sénateurs signent une demande de session extraordinaire
  • Faux diplômes - Le directeur régional de la pêche de Mahajanga sous Md
  • Evacuation sanitaire d’une prisonnière - Le BIANCO et le PAC saisis de l’affaire
  • Forêt de Vohibola - « Nous étions purement et simplement kidnappés », dixit des Tangalamena

La Une

Recherche par date

« March 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Editorial

  • Le chemin du filet
    Les grandes formations européennes de football s'affrontent, en ce moment, dans les phases éliminatoires des coupes tant au niveau national qu'européen. En France, les équipes de la Ligue 1 disputent à mort les meilleures places pour  la fameuse et légendaire Coupe de France. Et on y va de grosse surprise à la débâcle. Quand un PSG se fait étriller par 5 buts à 1 par une « équipe de province » Lille, il y a de quoi s'étonner ! En Europe, à l'UEFA, les âpres matches éliminatoires  comptant pour le championnat européen battent leur plein et arrivent à leur terme. En général, la hiérarchie est respectée. Les grandes équipes comme les Barça ou les Ajax trouvent toujours l'opportunité de faufiler pour se frayer un itinéraire vers le chemin du filet.

A bout portant

AutoDiff