Publié dans Culture

« Seraseran’ny mpanakanto » - Le ministère veut améliorer les revenus des artistes

Publié le vendredi, 06 mai 2022

« En aucun cas, le ministère ne veut contrôler la gestion de l’Office malagasy des droits d’auteur (OMDA). Nous avons déjà envoyé aux artistes une proposition pour créer une société d’auteurs. Une société qui serait dirigée par les artistes à la place de l'Etat. Si cette proposition de loi est mise en place, le ministère de la Culture sera prêt à aider les artistes et à mettre en œuvre la dérogation de l'Etat à la gestion des droits d'auteur. Mais pour l'instant, comme l'OMDA est toujours sous la tutelle du ministère, la loi oblige ce dernier à gérer ces droits et à améliorer l’OMDA ».

C'était l'un des principaux messages délivrés par la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Andriatongarivo, lors de l’évènement « Seraseran’ny Mpanakanto » - deuxième édition, qui s’est tenu au By-pass jeudi dernier. Le thème de cette rencontre a été axé sur la présentation du plan d'innovation de l'OMDA et la transformation du paysage des droits d'auteur en une technologie informatique moderne.

Cette rencontre entre le ministère et les artistes avait notamment comme objectif d’améliorer la situation des artistes à Madagascar. Durant son discours, la ministre a également annoncé l’arrivée d’un nouveau logiciel pour gérer la collecte de l'argent représentant les droits d'auteur et sa distribution aux artistes qui devraient en bénéficier. En effet, jusqu'à présent, le ministère estime que les artistes ne profitent pas pleinement de l'art qu'ils créent, compte tenu de leurs revenus mensuels.

Faciliter

Selon toujours la ministre, la mise en place de ce logiciel sera réalisée en collaboration avec le MCC et la Société Manoova. Il s’agit d’un logiciel conçu pour définir et identifier combien de fois par jour la chanson d'un artiste passe à la radio. Ce système informatique va établir des rapports financiers pour faciliter l'entrée des artistes en tant que membres de l'OMDA et permettra aussi de suivre la progression des chansons de chaque artiste dans les bars, les karaokés,... Ce sont des raisons pour lesquelles ce projet est lancé, étant donné que le ministère tient beaucoup à trouver des moyens pour améliorer les gains des artistes.

Rappelons que l’annonce du lancement de ce programme s’est déjà effectuée lors de la première édition du « Seraseran’ny mpanakanto » qui s'est tenue le 5 mai 2021 à Ivato. Ce jour-là, la salle était comble et presque tous les artistes éminents dans les domaines de la musique, du théâtre, de la danse, du cinéma, de la peinture, de la photographie, des écrivains… ont été présents sur les lieux.

Sitraka Rakotobe

 

Fil infos

  • Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz
  • Liaison aérienne Afrique du Sud - Madagascar - Airlink s'impatiente
  • Grève au MAE - Les syndicats désavouent les propos du ministre
  • Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières
  • Association de malfaiteurs - Ninie Donia et ses co-accusés condamnés
  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Psychose prématurée !
    Panique avant terme ! Depuis un certain temps, l’ombre d’une éventuelle augmentation des prix à la pompe pèse lourdement. Avant que les autorités compétentes, de concert avec les patrons des Compagnies pétrolières, n’annoncent les nouveaux prix la panique des flambées de prix des carburants envahissent déjà les esprits. Les stations-service sont prises d’assaut. Un réflexe très dangereux dans la mesure où il risque d’épuiser avant terme les réserves et d’un. Il portera atteinte aussi et surtout au calcul de projection à la gestion des stocks. Il faussera certainement l’enjeu. Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) a dû prendre la mesure sévère à savoir interdire le stock de carburant. La hantise de l’inflation empoisonne avant coup ! Jusqu’à hier, jeudi 30 juin, les dirigeants au sommet de l’Etat et les décideurs des compagnies pétrolières n’étaient pas encore parvenus à s’entendre sur les nouveaux prix. Evidemment, il s’agit d’un…

A bout portant

AutoDiff