Publié dans Culture

« Seraseran’ny mpanakanto » - Le ministère veut améliorer les revenus des artistes

Publié le vendredi, 06 mai 2022

« En aucun cas, le ministère ne veut contrôler la gestion de l’Office malagasy des droits d’auteur (OMDA). Nous avons déjà envoyé aux artistes une proposition pour créer une société d’auteurs. Une société qui serait dirigée par les artistes à la place de l'Etat. Si cette proposition de loi est mise en place, le ministère de la Culture sera prêt à aider les artistes et à mettre en œuvre la dérogation de l'Etat à la gestion des droits d'auteur. Mais pour l'instant, comme l'OMDA est toujours sous la tutelle du ministère, la loi oblige ce dernier à gérer ces droits et à améliorer l’OMDA ».

C'était l'un des principaux messages délivrés par la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Andriatongarivo, lors de l’évènement « Seraseran’ny Mpanakanto » - deuxième édition, qui s’est tenu au By-pass jeudi dernier. Le thème de cette rencontre a été axé sur la présentation du plan d'innovation de l'OMDA et la transformation du paysage des droits d'auteur en une technologie informatique moderne.

Cette rencontre entre le ministère et les artistes avait notamment comme objectif d’améliorer la situation des artistes à Madagascar. Durant son discours, la ministre a également annoncé l’arrivée d’un nouveau logiciel pour gérer la collecte de l'argent représentant les droits d'auteur et sa distribution aux artistes qui devraient en bénéficier. En effet, jusqu'à présent, le ministère estime que les artistes ne profitent pas pleinement de l'art qu'ils créent, compte tenu de leurs revenus mensuels.

Faciliter

Selon toujours la ministre, la mise en place de ce logiciel sera réalisée en collaboration avec le MCC et la Société Manoova. Il s’agit d’un logiciel conçu pour définir et identifier combien de fois par jour la chanson d'un artiste passe à la radio. Ce système informatique va établir des rapports financiers pour faciliter l'entrée des artistes en tant que membres de l'OMDA et permettra aussi de suivre la progression des chansons de chaque artiste dans les bars, les karaokés,... Ce sont des raisons pour lesquelles ce projet est lancé, étant donné que le ministère tient beaucoup à trouver des moyens pour améliorer les gains des artistes.

Rappelons que l’annonce du lancement de ce programme s’est déjà effectuée lors de la première édition du « Seraseran’ny mpanakanto » qui s'est tenue le 5 mai 2021 à Ivato. Ce jour-là, la salle était comble et presque tous les artistes éminents dans les domaines de la musique, du théâtre, de la danse, du cinéma, de la peinture, de la photographie, des écrivains… ont été présents sur les lieux.

Sitraka Rakotobe

 

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff