Publié dans Culture

Chansons sans Frontières - La 17ème édition du concours lancée pour le 4 juillet

Publié le vendredi, 01 juillet 2022


A vos marques. L’inscription à la 17ème édition du concours de "Chansons sans Frontières" sera lancée ce mardi, selon ses initiateurs. Une manifestation organisée par l’Association Fusaca et Accord Production, parrainée par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Comme à l’accoutumée, les auteurs francophiles malagasy sont à nouveau invités à se prendre part à cette compétition d’envergure internationale, laquelle consiste à écrire un texte de chanson en français. Pour ce faire les participants doivent composer une chanson de trois couplets et un refrain, sans oublier d’inclure un titre à l’œuvre, sous un thème bien défini. 
Pour le moment, ni le thème pour cette 17ème édition ni la date de clôture de la remise des œuvres ne sont pas encore dévoilés. Les informations seront données pour ce mardi, selon toujours les organisateurs. Comme à chaque édition, le texte gagnant sera mis en musique par les artistes de Chansons sans Frontières. Deux jurys seront constitués pour délibérer et sélectionner les quatre prix internationaux.
Chansons sans Frontières est un concours qui a pour principal objectif de permettre aux participants de s’exprimer librement et dans une dynamique de partage, de respect et d’ouverture à travers l’écriture d’un texte de chanson en français. Pour ceux qui veulent y participer, les inscriptions et les renseignements se feront sur le site  www.chansons-sans-frontieres.fr/le-concours. Notons que durant l'édition précédente, une écrivaine malagasy a été retenue parmi les participants. Il s’agit notamment d’Irma Marie Orelysse Raharinantenaina, 38 ans,  qui a reçu la Mention spéciale du grand jury avec son texte intitulé « L’odyssée de l’espoir ». 

Envergure

Lancé en 2005 sur le principe très simple de l’écriture d’une chanson en français, ce concours, gratuit et ouvert à tous arrive, à sa 17ème édition.  Il s'agit d'un concours international d’écriture d’un texte de chanson en français. Il se déroule dans 130 pays dans le monde. Le thème est axé autour des Droits de l’homme et de la liberté d’expression. Pour chaque édition, un thème différent est proposé en lien avec "Dis-moi dix mots". Le concours est ouvert à tous. Il s'agit d'une aventure culturelle moderne, éthique, pédagogique et festive qui a pour vocation de favoriser les échanges et le dialogue interculturel à travers des actions artistiques et des événements en ouverture sur le monde, depuis son ancrage en Basse-Normandie. A travers un langage commun, la musique et une langue partagée, à savoir le français, le concours "Chansons sans Frontières" offre un espace de libre-expression, d’échanges, de solidarité et de diversité culturelle.

Sitraka Rakotobe

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff