Publié dans Culture

Bibliothèque nationale Anosy - Reste ouverte pendant les vacances

Publié le mercredi, 27 juillet 2022


Les vacances sont là. Ceux qui n’ont pas la chance de partir en vacances ou ceux qui en reviennent, les portes de la Bibliothèque nationale (BNM) sise à Anosy leur restent ouvertes. De quoi occuper le temps puisque lire, c’est voyager dans le monde tout en restant chez soi.  Aussi, les responsables au sein de la BNM invitent le public, particulièrement les jeunes, à venir visiter le lieu pour mieux connaître ses richesses, tout en sollicitant chacun à adhérer comme membre du club de lecture. En adhérant à la BNM, chaque membre contribue aux missions de -préserver et enrichir le patrimoine de la Bibliothèque nationale. « C’est surtout durant ces périodes de vacances qu’il faut profiter pour en devenir membre.  En tant qu’adhérent, vous bénéficiez d'un certain nombre de privilèges : découverte des trésors de la BNM et de ses différents départements en présence de conservateurs, des auteurs, invitation à des différentes sortes d’animations culturelles autour de la lecture. Quant aux adultes, ils peuvent se distraire à travers les romans et les livres de documentaires», encourage le directeur général Njaka Raonison. En outre, les visiteurs non adhérents pourront toujours y accéder simplement avec une carte d’étudiant ou d’une carte d’identité nationale. Une invitation dans le but de favoriser la lecture chez les jeunes pendant les vacances et à les encourager à visiter la bibliothèque publique.
Des avantages
 Les visiteurs trouveront un large choix de livres malagasy, des romans, des BD, des documentaires, revues et littérature jeunesse. Sans oublier les différentes animations culturelles avec des auteurs locaux.  A mentionner que la BNM dispose plus de 500000 documents actuellement, y compris les livres, musiques, documents numériques. Encore, pour mieux inciter le public de la nouvelle génération à s’accaparer des lieux, les collaborateurs de la Bibliothèque nationale ont mis à leur disposition une bibliothèque virtuelle qui intègre des milliers d’ouvrages et des supports électroniques sur l’Histoire de Madagascar et d’autres sujets aussi intéressants. Récemment, L’Ambassade de France à Madagascar a principalement offert des abonnements à la Culturethèque, disposant de 230 000 documents en ligne dont des magazines, auto-formations et livres « jeunesse ». Pour les lecteurs fans des nouvelles technologies, une dizaine de postes d’ordinateur, d’écoute et tablettes donnant accès à des albums numériques, avec plus de  600 photos intégrées évoquant des thèmes portant sur l’Histoire, des paysages,  portraits et autres, leur sont également proposés. Et tout cela gratuitement.
Sitraka Rakotobe

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff