Publié dans Culture

Anti-piratage - La BAP obtient le soutien de l'Interpol

Publié le mardi, 09 août 2022

La lutte contre le piratage ne se limite pas sur le territoire de la Grande île. Durant la célébration du dixième anniversaire de la Brigade anti-piratage (BAP), une coopération entre cet organe et l'Organisation internationale de police criminelle (Interpol) vient d'être ratifiée  hier à Mahamasina afin de renforcer la lutte contre le piratage. En effet, cette organisation internationale qui partage des conseils pour poursuivre les criminels transnationaux est actuellement en accord avec la BAP pour lutter contre les fraudes et les piratages des œuvres malagasy.

Ce système de commandement international au sein d'Interpol assistera la Brigade anti-piratage dans l'accomplissement de sa mission. Selon cet accord, le contrôle par le biais de ce programme sera strict après la mise en œuvre immédiate du contenu de l'accord de coopération, qu'il s'agisse de fraude, en particulier le contrôle des œuvres ou patrimoines perdus ou manquants. Ceci, afin que les pays qui pourraient trouver ou détenir des informations pertinentes puissent prendre des mesures immédiates pour faciliter la recherche.

Jubilé

La BAP, composée entre autres de gendarmes, d'agents de police, de techniciens, de magistrats, existe depuis dix ans. Au cours des trois années durant laquelle le ministère de la Communication et de la Culture ont pris en charge cette lutte avec elle, les artistes ont constaté de nombreux changements sur la protection de leurs œuvres. Pour preuve, beaucoup de travail et d'efforts ont été réalisés pour poursuivre ceux qui détruisent la capacité des artistes de jouir de leur part de revenus et les avantages dont ils devraient bénéficier. Le bilan des résultats obtenus dans ce domaine est en augmentation car 87 personnes ont été arrêtées. 131.243 DVD contrefaits ont été capturés et brûlés. 274 exemplaires des livres ont également été saisis et incinérés. Cependant, la lutte menée par la BAP pour éradiquer le phénomène du piratage se poursuit. Récemment, lors d'une arrestation, le premier responsable au sein de cette Brigade a déclaré que l'enquête et la recherche des cerveaux de ces fraudes se poursuivront et s'intensifieront dans les jours à venir. Aujourd'hui, il n'y a plus que les commerçants qui sont visés par les opérations. Les consommateurs sont eux aussi dans la ligne de mire. Et encore, ces opérations s'étendront jusque dans les autres Provinces. Les responsables au sein de la BAP tiennent à rappeler que tout ce qui est du domaine de la contrefaçon et du piratage est puni par la loi.

Sitraka Rakotobe

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Jeux olympiques 2024- Emmanuel Macron invite Andry Rajoelina
  • Assemblée nationale - 16 députés indépendants rejoignent l’IRMAR

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Mille convoitises !
    La forteresse au sein de laquelle le Roi Andrianjaka (1610 – 1630) devait installer les mille guerriers assurant la sécurité de son « lapa » fondé sur le haut de la colline à Analamanga, en 1610, contre l’éventuelle attaque des Vazimba qui s’y trouvaient déjà sur place intéressera 4 siècles plus tard les mille convoitises. Les premiers occupants du site, les Vazimba, devaient réagir face à cette colonisation par ce fils cadet du grand Roi Ralambo, d’autant qu’il installait y les mille colons (ou guerriers). La forteresse des mille guerriers qui deviendra plus tard la « Cité des mille », la capitale du royaume d’Analamanga. « Antananarivo », la Ville des Mille, sera en toute évidence la capitale de l’Imerina sinon du Fanjakana Hova. A l’arrivée des vazaha en 1896, année de la colonisation, ils gardèrent Antananarivo comme capitale du pouvoir colonial.

A bout portant

AutoDiff