Publié dans Culture

Coupe du monde de slam-poésie - Madagascar termine à la 4ème place

Publié le dimanche, 12 mai 2024

La Coupe du monde de slam-poésie 2024 a fermé ses rideaux samedi dernier au temple de Belleville, situé à Paris (France). A l’issue d’une longue et dure bataille de jeu de mots, et grâce à son talent et sa brillance, notre slameur Santa, de son vrai nom Santatra Andriamanantsoa, a défendu jusqu’en finale les couleurs du drapeau malagasy dans cette compétition d’envergure qui a connu la participation de 20 pays. Sa prestation remarquable a valu à l’artiste malagasy la quatrième place parmi les vingt participants, venus entre autres de la Norvège, le Maroc, Haïti, l’Italie, le Japon, l’Israël, la Côte d’Ivoire, Mozambique, le Mali, la Russie, le Pologne, le Portugal…. 

A l’issue du classement établi par le jury constitué à cet effet, Madagascar finit quatrième ex-æquo à côté de l’Italie, juste derrière la Belgique et le Québec. Alors que le Congo s’est contenté de la sixième place. Cette fois-ci, c’est la Côte d’Ivoire qui sort vainqueur du Coupe du monde de slam-poésie 2024. Néanmoins, même avec ce classement, Santa ne regagne pas la Grande île les mains vides, puisque notre représentant considère déjà ce résultat comme une victoire. Sachant que Madagascar s’est incliné en demi-finales lors de l’édition précédente. Mais avec Santa, la Grande Ile a figuré parmi les finalistes cette année. « En slam-poésie, Madagascar est désormais classé en 4ème position au niveau mondial. On a beaucoup travaillé. Malheureusement, le résultat n’a pas pu aboutir là où l’on s’attendait. Mais on est quand même fier. On n’a aucun regret, c’est déjà l’essentiel. Je suis venu pour participer à cette compétition. J’ai été ravi. Je me suis battu à votre côté sur scène.  J’étais vraiment ému en entendant votre encouragement. Je me voyais petit, mais je sentais que j'étais très grand quand je suis monté sur scène, parce que vous étiez là. Nous avons porté haut les couleurs du drapeau malagasy. On n’a pas démérité », communique Santa.

Dimension internationale 

Le peuple malagasy reste fier de son candidat qui a su démontrer à toute la Nation que son talent est d’une dimension internationale. « Et la chose qui m’a également rendu très fier, c'est que j'ai parlé en langue malagasy devant le monde et j'ai obtenu 30/30 points. Certes, le but a été de gagner le trophée. Malheureusement, on n’a pas pu le ramener à la maison. Par contre, j’ai pu accéder jusqu’en finale et c’est déjà mieux. Alors, merci beaucoup du fond du cœur pour votre soutien. Je me souviendrai toujours de mon passage à cette Coupe du monde et je considère cet évènement comme l'un des meilleurs moments de ma vie. Vive la poésie malagasy ! », a-t-il ajouté. Notons qu’après cette compétition, Santa et Système D (un ancien champion national de slam-poésie et actuellement membre du comité d’organisation du slam national et du bureau exécutif de Madagaslam) sillonneront les routes de l’Europe, particulièrement en Allemagne, pour une tournée bien chargée. Ils vont réaliser des spectacles, et renforceront également des partenariats avec les associations de slameurs et les producteurs dans les villes où ils passeront. Rappelons que la Coupe du monde de slam est un évènement annuel créé en 2007. Rendez-vous l’année prochaine avec d’autres talentueux candidats provenant de différents pays.

 

Si.R

Fil infos

  • Appui au développement local - Rajoelina boucle sa tournée dans le Sud
  • Actu-brèves
  • Actu-brèves
  • Districts de Vohibato, Ikongo et Ivohibe - Vers un avenir lumineux et développé
  • Soins de proximité - De nouveaux bénéficiaires à Fianarantsoa
  • Développement - Le Président veut enclencher la vitesse supérieure 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Réhabilitation de la RN7 - Le Président annonce des travaux imminents
  • Regards croisés sur la corruption à l'aéroport d’Ivato - Douanes et Sécurité publique s'expriment

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Probes et résolus !
    La bataille fait rage. A sept jours de la date butoir, la campagne entre dans sa dernière ligne droite. Campagne ou propagande ! Qu’à cela ne tienne, ce qui importe pour le peuple, même s’il ne s’exprime pas ouvertement, consiste à avoir affaire à un Parlement où siègeront des élus intègres et déterminés.Il reste une semaine aux états-majors politiques, à tous les candidats, pour convaincre les indécis à se joindre à leur cause. Une semaine pour faire valoir aux électeurs une visibilité du programme du parti ou de l’individu qu’ils entendent défendre durant leur mandat. En réalité, un député n’a pas un programme individuel pour une Circonscription donnée. Il ne peut pas prendre la place d’un maire, d’un chef de District, d’un gouverneur ou du Gouvernement. Il n’est pas là non plus pour contrôler ni superviser les actions d’un maire, d’un représentant du pouvoir central ou d’un gouverneur ou d’un…

A bout portant

AutoDiff