Publié dans Dossier

Journaliste atteinte du cancer - Anny Andrianaivonirina fait preuve de combativité

Publié le vendredi, 04 décembre 2020

La mauvaise nouvelle est tombée vers la fin du mois de mars dernier pour Anny Andrianaivonirina, présidente de l’association des femmes journalistes et ancienne judoka. Elle a été diagnostiquée d’un cancer du sein à la lésion ACR IV. D’un point de vue médical, la classification en ACR 4 veut dire qu'il y a très probablement un cancer, et qu'il s'agit d'une anomalie de toute façon bien suspecte, à prélever. Elle implique donc d'office une biopsie, sous échographie ou sous contrôle radiographique, par une procédure par mammotome ou encore directement par biopsie-exérèse.Une maladie qui l’a motivé à devenir une journaliste menant une lutte contre le cancer du sein à Madagascar.

L’expérience que vit Anny Andrianaivonirina l’a amenée à combattre le cancer du sein. Elle incarne actuellement la force pour les femmes journalistes et la gente féminine à Madagascar. « Au début, je n’ai ressenti aucune douleur mais quelques symptômes sont apparus, notamment une tumeur au sein suffisamment grosse, sentie à la masse au toucher et qui m’a beaucoup gêné au cours de mes activités journalières. Des contrôles médicaux, des tests, une citoponction mammaire c’est-à-dire un prélèvement de quelques cellules de la lésion repérée dans mon sein gauche ont été effectués. J’ai commencé mon premier chimio vers mi-avril et j’ai commencé à subir la chute de mes cheveux à cause des traitements.  Après 8 chimiothérapies, j’ai a subi une ablation du sein en octobre dernier. Actuellement, il me reste encore des chimio et radiothérapies à faire », a-témoigné Anny. Ce sont des épreuves difficiles mais elle a su les surpasser et affirme sa combativité pour les prochains mois. « De la fatigue, des vomissements à puissance mille, à cela se résument mes journées après chimio entre autres. Mais le morale est très présent, l’amour que mes proches me procure demeure inconditionnel et l’envie d’aider les concitoyens m’est aussi importante », a-t-elle conclu.

Un combat contre le cancer du sein mené par Anny

Dans le cadre de l’évènement « Rodobo : retour à la vie sportive », la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et l’Association des femmes journalistes, en partenariat avec le ministère de la Santé publique et l’Ambassade de France à Madagascar, organisent une journée de sensibilisation et de dépistage du cancer du sein. Demain de 8 h à 12h, sur le parvis de l’Hôtel de Ville à Analakely, une mobilisation les femmes ainsi que le grand public au grand problème du cancer du sein et aux mécanismes de lutte contre cette maladie est programmée. Ce projet a été conçu après qu’Anny Andrianaivonirina, présidente de l’Association des femmes journalistes de Madagascar, très active dans le monde du sport et surtout des médias, est atteinte du cancer du sein. « En tant que leader et par le biais de ladite association, je veux à tout prix aider mes pairs à accroitre le soutien apporté au dépistage précoce et au traitement, ainsi qu’aux soins palliatifs.

La détection des anomalies à un stade précoce avant l’apparition des symptômes du cancer du sein représente pour moi une des actions très importantes », a-t-elle souligné.  Et d’ajouter que si le public veut agir ensemble pour lutter contre le cancer de sein, rendez-vous donc demain 9h à Analakely pour une sensibilisation contre cette foutue maladie.

D’après les explications de Kanto Rajaonarivony, secrétaire général de l’Association des femmes journalistes de Madagascar, une palpation des seins ainsi que des dépistages organisés des cancers féminins sont organisé avec Marie Stopes Madagascar (MSM). A cela s’ajoutent une orientation et un conseil se rapportant au traitement du cancer à Madagascar avec des médecins oncologue mis à disposition par le ministère de la Santé publique. « Etant donné que l’évènement porte sur le sport et la santé, une animation Zumba est programmée avec Association Tinay, représentée par le coach Eva. Docteur Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la santé publique auprès du ministère en profitera pour partager des messages clés sur les pratiques sportives contribuant à la prévention des cancers entre autres.

Il est à noter que l’Association des femmes journalistes de Madagascar réunit environ 400 femmes travaillant dans le monde des médias. Les membres se composent d’anciennes journalistes, journalistes en exercice, des femmes responsables en communication au niveau de différentes entités publiques et privées à Madagascar. Leurs activités ayant débuté le jour de 8 Mars 2018 par une présentation de vœux du Nouvel an, ayant été marquée par des divertissements, des conférences et tant d’autres actions de mobilisation et de sensibilisation.

Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff