Publié dans Dossier

Jules Perreau, directeur régional Océan Indien de la compagnie Corsair - « Madagascar est une destination de cœur »

Publié le vendredi, 15 mars 2024

En effervescence, le secteur aérien ne cesse de progresser depuis la réouverture des frontières après la pandémie de coronavirus de 2020.  Jules Perreau, directeur régional océan Indien de la compagnie aérienne Corsair, apporte son point de vue sur le sujet en soulignant les conditions de retour de la compagnie dans le ciel malagasy.

La Vérité (+) : Quelle est l'importance du marché malgache pour Corsair et comment la compagnie aérienne a-t-elle développé sa présence sur ce marché au fil des ans ?

Jules Perreau (=) : Ce qu’il faut savoir, c’est que Corsair est quand même un acteur historique à Madagascar. On a commencé les vols en 1996. Donc, c’est quand même une présence assez importante. On a dû les arrêter en 2018 pour revenir sur le marché à partir de juin de l’année dernière. 

Madagascar occupe une place importante chez Corsair. Je dis toujours que c’est une destination de cœur parce que c’est une destination opérée depuis de nombreuses années et de façon régulière dont deux fréquences par semaine tout au long de l’année et qui nous permet de vendre des billets et vers la Réunion et vers Paris, donc un marché à la fois moyen et long courrier. La présence de Corsair au fil des ans a évolué parce que si vous vous rappelez, il y a quelques années, on opérait des vols régionaux mais que certains mois de l’année, on opérait les longs courriers via une tournante via Mayotte. Mais aujourd’hui, c’est un programme qui est stable et régulier toute l’année.

(+) : Quelles sont les principales routes desservies par Corsair entre Madagascar et d'autres destinations, et comment ces routes contribuent-elles à renforcer les liens économiques et touristiques entre Madagascar et le reste du monde ?

(=) : Comme précédemment cité, nous avons deux fréquences par semaine. L’avion part de Madagascar, va à la Réunion et ensuite continue sur Paris. Ce qui nous permet de proposer des vols Antananarivo - Saint-Denis - Paris. Les deux destinations sont possibles pour la Grande île. Ensuite, on a la continuité du réseau de Corsair si jamais le client veut aller plus loin et continuer vers l’Amérique du nord ou encore sur le bassin des Caraïbes. Donc, un seul billet Corsair pour partir de Madagascar et traverser trois continents. 

En ce qui concerne le renforcement des liens économiques, c’est un point assez important dans la mesure où notre clientèle est composée de plusieurs populations dont les affinitaires qui sont par exemple la diaspora, la famille, les amis qui se déplacent pour venir voir leurs proches. On va avoir ensuite une clientèle touristique et enfin la clientèle « business » qui constitue surtout les échanges de professionnels hors tourisme qui viennent justement pour maximiser les relations, venir chercher des marchés « client » ou à l’inverse exporter le savoir-faire malagasy. Donc, forcément quand vous avez une compagnie aérienne sur une île qui vient multiplier le nombre de connexion intérieure et extérieure, directement, cela fait un impact touristique et économique indéniable. Sachant qu’en plus, Corsair dessert Madagascar avec des avions gros porteurs. On a beaucoup de capacités à proposer, à raison de 300 tonnes de fret qui ont transité dans les soutes de Corsair depuis la réouverture de la ligne.

(+) : Pouvez-vous nous parler des défis particuliers que Corsair a rencontrés en opérant sur le marché malgache et comment la compagnie a travaillé pour les surmonter ?

(=) : Pour nous, la reprise a été assez plaisante pour Corsair puisque c’est un marché qu’on connait déjà. Honnêtement, on a eu un très bon accueil depuis notre retour. Forcément, cela facilite l’arrivée sur le territoire. On était aussi un petit peu attendu. C’est pour cela qu’on peut affirmer qu’on n’a pas rencontré d’obstacle majeur dans le sens où l’on a été bien accompagné, notamment par les deux ministères du tutelle qui sont les ministères du Tourisme et du Transport et également tous les acteurs qui sont autour du secteur aérien dont les activités aéroportuaires ou encore la douane. Ce qui a facilité le travail pour le retour pour que ce dernier se fasse dans les conditions optimum. Cela nous a permis d’ouvrir des agences, notamment la principale qui est celle de l’Atrium Ankorondrano, même si le fait de rouvrir une ligne reste quand même un challenge commercial pour n’importe quelle compagnie aérienne.

(+) : Quelles sont les stratégies marketing mises en place par Corsair afin d’attirer les passagers malgaches et promouvoir les voyages vers et depuis Madagascar ?

(=) : L’ADN de la compagnie, c’est d’être un challenger ou encore d’être une compagnie aérienne qui vient bousculer un petit peu le marché. Nous ne sommes pas en situation de monopole et l’on vient ici pour pouvoir démocratiser le voyage, le rendre plus accessible en offrant plus de sièges et plus de connexions. La stratégie, c’était aussi le fait de proposer deux destinations. En faisant l’escale technique à La Réunion, cela permet d’offrir deux destinations différentes et de ne pas se concentrer sur une seule destination. Et puis, une chose sur laquelle l’on communique énormément, c’est notre flotte qui est composée d’Airbus entièrement neuve. Une flotte qui a moins d’un an et l’on mise ainsi beaucoup en termes de stratégie marketing sur ces avions, dans la mesure où ces derniers offrent un confort qui est assez exceptionnel. Ainsi, on mise surtout sur la qualité de service dans notre stratégie marketing. D’ailleurs, il est important pour nous de participer aux différents salons et évènements ayant attrait à notre activité, notamment la Foire internationale de Madagascar, le Salon international du tourisme ou encore le Salon international du transport et de la logistique.

(+) : Pouvez-vous nous donner un aperçu des projets futurs de Corsair en ce qui concerne son expansion ou son amélioration des services vers et depuis Madagascar ?

(=) : Aujourd’hui, on peut dire qu’on a atteint notre vitesse de croisière. On est revenu avec deux fréquences par semaine. L’objectif était d’avoir des lignes pérennes, régulières et qui sont assumées. L’idée, ce n’est pas d’arriver avec un vol par jour et ne pas arriver à le remplir. Il importe de faire les choses petit à petit pour qu’elles durent dans le temps. Aujourd’hui, cela fait moins d’un an qu’on est revenu. Donc pour l’instant, nous restons avec nos deux fréquences qu’on estime suffisantes. Et bien sûr, s’il y a du potentiel pour aller plus loin, on ira plus loin. En termes de service, on a déjà beaucoup investi sur notre présence sur le territoire.

(+) : Pouvez-vous nous parler des partenariats stratégiques de Corsair avec d'autres entreprises ou organisations à Madagascar ?

(=) : Sur le plan des partenariats, nous mettons aussi en place des contrats avec les entreprises pour leurs personnels qui doivent se déplacer souvent. On a également une structure de club « affaires » où l’on reçoit nos clients « société » avec des tarifs adaptés pour eux et on en fera notamment la promotion pendant les salons. C’est aussi une possibilité pour les entreprises de se déplacer plus souvent et de façon un petit peu moins onéreuse, ainsi que de multiplier les échanges et le potentiel du marché d’exportation de la Grande île.  Le fait d’avoir noué un partenariat solide avec la compagnie nationale malagasy est aussi un élément important, dans la mesure où cela permet de montrer que Corsair est là pour construire et non pour détruire. L’idée est de faire un partenariat parce qu’on est persuadé que Madagascar va se développer, a besoin de plus de connexions aériennes pour se développer, et c’est en nouant des partenariats avec des acteurs locaux qu’on va réussir à développer le territoire.

(+) : Le billet La Réunion-Tana est facturé à 435 euros pour un vol d’une heure, n’est-ce pas un peu onéreux ?

(=) : C’est vrai qu’on peut se dire que Madagascar n’est qu’à une heure de La Réunion, mais Paris est à quinze heures avec l’escale. Mais il n’y a pas réellement de logique aujourd’hui entre le nombre d’heures de vol et le coût de ce vol mais. C’est qu’on vient avec de gros porteurs qui ont une structure de coût importante. Ce qu’il faut retenir quand même, c’est que depuis qu’on est revenu sur le territoire, le prix moyen du billet a baissé de 15 % tandis que le trafic a autant augmenté. Donc, on a transporté plus de gens mais pour une globalité moins coûteuse. De toute façon, l’aviation sera toujours un peu plus coûteuse. Mais déjà, le fait de proposer un prix d’appel à 435 euros, cela permet de rentabiliser la ligne pour qu’elle soit pérenne, mais c’est aussi une façon d’avoir réduit la facture globale, dans la mesure où le panier moyen en 2023 a été de 15 % de moins. 

(+) : Quelles ont été les conditions du retour de Corsair sur la desserte malgache après X années d'absence ? 

(=) : La principale condition, c’était de pouvoir revenir dans un cadre pérenne. L’idée, ce n’était pas de revenir ici pour un an et de repartir. Ainsi, la sécurité des investissements était notre priorité. Par conséquent, nous avons demandé autant que possible des garantis et on a rassuré les autorités sur le fait que notre retour était quelque chose de durable. La garantie, c’était aussi de pouvoir proposer ces vols régionaux. Et très rapidement, les autorités ont compris ce que Corsair pouvait apporter sur la destination Madagascar. Pour nous, c’étaient des conditions importantes.

(+) : Quel est votre bilan d'un an après le retour à Madagascar ?

(=) : La première année après le retour était plus que satisfaisante avec près de 15.000 voyageurs transportés depuis le mois de juin de l’année dernière, ce qui représente environ 1.500 personnes par mois. Ce qui nous permet d’affirmer qu’on est en ligne avec les attentes qu’on avait formulées. D’ailleurs, ce n’est pas une réouverture classique puisque Corsair voulait revenir et Madagascar voulait que Corsair revienne. Ainsi, les deux parties se sont rejointes. Cependant, on a encore quelques points à améliorer, notamment en ce qui concerne le remplissage lors de la basse saison, mais le bilan en général est plus positif. 

 

Hary Rakoto

Fil infos

  • Mission du FMI à Madagascar - Deux appuis financiers importants sur la table des négociations
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Enseignement supérieur - L'université de Fenoarivo -Atsinanana officiellement inaugurée 
  • Administration - Le Président veut des collaborateurs loyaux et efficaces
  • Actu-brèves
  • JIRAMA - Le manager de redressement bientôt dans le ring
  • Lutte contre la corruption à Madagascar - Le CSI pointe du doigt les blocages institutionnels
  • Conseil des ministres décentralisé - Focus sur Toamasina
  • Législatives - 470 prétendants à l’assaut des 163 sièges au Parlement

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Recadrage présidentiel
    Au terme d’un Conseil des ministres, délocalisé à Toamasina, la capitale de la Région d’Atsinanana, le Chef de l’Etat Rajoelina Andry et la délégation qu’il conduit, des membres du Gouvernement, se sont enquis de l’état actuel de la situation de l’avancement des travaux s’inscrivant dans le cadre des projets présidentiels dans le Grand Port et aussi de la Région d’Analanjirofo.A Toamasina, le Président Rajoelina et sa suite dont entre autres le Premier ministre, Ntsay Christian, la ministre de la Justice Landy Mbolatiana Randriamanantsoa, le ministre des Travaux publics, le colonel Ndriamihaja Livah Andrianatrehina, le Secrétaire d’Etat en charge des Nouvelles villes Gérard Andriamanohisoa et bien d’autres, ont constaté de visu l’état de la réalisation des travaux. Le chantier MIAMI, un projet présidentiel phare dans le Grand Port de l’Est, continue son bonhomme de chemin. En dépit des retards dus aux crises sanitaires de 2020- 2022 et surtout à cause de…

A bout portant

AutoDiff