Publié dans Economie

Plan de sauvetage du secteur privé - Le PM dénonce des incohérences

Publié le mercredi, 27 mai 2020

Contradictoire. C’est ce qui peut résumer la raison pour laquelle le Gouvernement a rejeté le plan de sauvetage du secteur privé, autrement dit plan de mitigation. D’après le Premier ministre Ntsay Christian, le document manque de cohérence. « Certaines entreprises demandent de l’aide à l’Etat alors qu’elles rapatrient 70 millions de dollars de dividende. Le secteur privé, notamment les Petites et moyennes entreprises (PME) et les Petites et moyennes industries (PMI), n’a pas également déterminé les domaines les plus touchés.

Les membres du Gouvernement ont ainsi désapprouvé cette proposition, faute de cohérence. L’élaboration d’un plan de riposte à la crise requiert une analyse profonde de la situation. Pour l’heure, il n’existe ni plan de mitigation, ni plan de relance économique. Si ces derniers existent, les autorités les auraient déjà publiés », explique le chef du Gouvernement en marge de sa rencontre avec les parlementaires au Centre de conférence international (CCI), sis à Ivato. D’après les dernières informations reçues, l’Etat dressera un plan d’urgence multisectoriel dont les détails restent encore à la discrétion des autorités.

Le secteur privé est en désarroi total face à une telle annonce, notamment le Groupement patronat malagasy (FIVMPAMA). Ce dernier représente les PME et les PMI. « Neuf présidents de groupement les plus représentatifs à Madagascar ont travaillé d’arrache-pied avec le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat pour dresser ce document. Les réunions ont duré environ deux mois. Nous ignorons encore la vraie raison pour laquelle le Gouvernement a refusé notre proposition. Nous avons déjà essayé de contacter les responsables pour une rencontre entre les deux parties, mais nous n’avons obtenu aucune réponse jusqu’à présent », déplore Razafiarison Andrianavalomanana, président du FIVMPAMA.

Le secteur de tourisme, de son côté, voit déjà le pire devant lui au cas où le Gouvernement renonce à prendre des mesures de soutien au secteur privé. « Nous sommes impactés dès le premier jour de cette crise sanitaire. Effectivement, depuis la fermeture des frontieres aériennes de Madagascar, le secteur touristique dans son ensemble est touché à 98 %. Aujourd’hui, nous sommes totalement sinistrés et dans quelques jours, nous allons perdre ce dernier pourcentage d’activité qui nous reste. Nous n’avons plus de trésorerie. On va sûrement reprendre très tardivement car les toursites ne vont pas arriver tout de suite. Nos clients subissent sûrement une baisse de revenu. Le retour à la normal dans le transport aérien et le secteur touristique en général prendra dix huit mois », explique Johann Pless, président de la Fédération des hôteliers et restaurateurs de Madagascar.  

Rappelons que le secteur privé ainsi que les syndicats ont proposé une aide mensuelle à hauteur de 50 milliards d’ariary afin de payer les salaires des employés.

Solange Heriniaina

 

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff