Publié dans Economie

Environnement - Une contribution de 125 milliards de dollars à l’économie mondiale

Publié le jeudi, 04 juin 2020


D’après le Rapport Planète Vivante de 2018, à l'échelle mondiale, la nature fournit annuellement des services d'une valeur d'environ 125 milliards de dollars, tout en contribuant à garantir un apport d'air frais, d'eau propre, de nourriture, d'énergie, de médicaments et d'autres produits et matières. Ces chiffres justifient ainsi l’importance de conserver, préserver mais aussi d’exploiter durablement les ressources naturelles. Pour cette année, la valorisation de l’environnement ne se limitera pas seulement à la célébration de la Journée mondiale de l’environnement tous les 5 juin. Ainsi, la célébration se prolongera tout au long du mois. Le mois de juin sera alors le « Mois de la Nature ». Une occasion pour mettre à l’honneur tous les héros de la nature qui se démènent dans les quatre coins de la Grande île pour sauver la Planète. « C’est aussi une occasion pour renouveler notre engagement pour l’environnement. Tout au long du mois de juin, les internautes sont aussi invités à partager sur les réseaux sociaux des vidéos amateurs pour montrer que chacun peut s’engager à protéger l’environnement avec les moyens dont il dispose, avec le hashtag #HoAnVoahary et #Connect2Earth. Les vidéos seront collectées par l’équipe du ministère de l’Environnement et du Développement durable à travers les réseaux sociaux. Une compilation sera ensuite montée et diffusée sur les réseaux sociaux ainsi que sur la chaîne de télévision nationale », explique le WWF Madagascar.
Ces actions de sensibilisation sont aujourd’hui plus que primordiales vu que la biodiversité de Madagascar est à haut risque. Des pressions dues aux activités humaines, telles que la déforestation, la pollution, la surpêche, le changement climatique, le braconnage, font que la biodiversité disparaît à un rythme alarmant. Et ce rythme s’accélère encore plus en cette période de pandémie. Madagascar, comme tant d’autres pays dans le monde, pourra se mobiliser en ligne pour la Nature. « C'est l'année où, plus que jamais, le monde peut signaler une forte volonté pour un cadre mondial qui “fléchira la courbe” sur la perte de la biodiversité, au profit des humains et de toute forme de vie sur Terre. Nous sollicitons ainsi la solidarité et la coopération à tous les niveaux. Unissons nos forces car c’est la seule garantie d’un avenir commun, pour vivre en harmonie avec la nature » encourage Vahinala Raharinirina Baomiavotse, ministre de l’Environnement et du Développement durable. Effectivement, l’environnement est plus que nécessaire pour espérer un quelconque développement socio-économique. 
En tout cas, la journée mondiale de l’environnement d’aujourd’hui sera célébrée sous le leadership du ministère de l’Environnement et du Développement durable avec tous les amoureux de la nature malagasy, parmi lesquels figurent Conservation International (CI), la Fondation des aires protégées de Madagascar (FAPBM), la Fondation Tany Meva, Madagascar national parks (MNP), Wildlife Conservation Society (WC) et World Wide Fund (WWF).
Rova Randria

Fil infos

  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure
  • Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs
  • Covid-19 à Madagascar - Inquiétude et peur suite à la hausse des cas de contamination

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Come back tant redouté !
    La bête noire est là de retour. Comme il fallait s'y attendre, la 3 ème vague de la Covid-19, pas forcément du variant Delta, frappe à nos portes et entre sans avoir été conviée. Elle contamine déjà certaines localités du pays. Tout commençait à Ivato lors du premier débarquement du premier vol en provenance de l'Europe ce 6 novembre. Deux cas importés ont été constatés après les tests et contrôles d'usage parmi les passagers. Ce retour pour la troisième vague de la Covid-19 relance le débat sur la pertinence ou non de la réouverture des frontières. Nous étions tous témoins de la forte la résistance des détenteurs du pouvoir, au sommet de l'Etat, concernant l'éventuelle réouverture de notre ciel au trafic international. On garde encore vive dans les mémoires la virulence de la toile quand Iavoloha accorda une dérogation spéciale d'entrée sur le territoire de trois vols conduisant des passagers…

A bout portant

AutoDiff