Publié dans Economie

Accueil des vols de rapatriement - Un moyen de survie d’une cinquantaine d’hôtels

Publié le mercredi, 07 octobre 2020

Dix hôtels seulement ont obtenu des agréments pour accueillir les passagers des vols de rapatriement. Cependant, après un lobbying effectué par la Confédération du tourisme de Madagascar (CTM), en étroite collaboration avec la Fédération des hôteliers et restaurateurs de Madagascar (FHORM), ces chiffres ont été multipliés par cinq. Dorénavant, cette tâche sera répartie dans cinquante hôtels répartis dans toute l’île. « Selon le protocole sanitaire, les passagers des vols de rapatriement sont obligés d’être confinés pendant quarante-huit heures dans un hôtel.

Les frais y afférents sont à la charge de chacun d’eux. Dans le contexte de crise sanitaire actuel, les acteurs œuvrant dans le secteur touristique - entre autres les hôteliers - ont perdu leur source de revenu. Plusieurs établissements ont failli fermer leurs portes, faute de clients. Ce séjour des passagers de vols de rapatriement figure parmi un moyen de survie du secteur. C’est pourquoi nous avons déposé une liste additive au ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie. Cette démarche a été couronnée de succès grâce à l’appui institutionnel de la Direction générale du tourisme », explique Lauriane Ranaivo, responsable en communication au sein de la CTM.

Même après presque sept mois d’état d’urgence sanitaire, ladite confédération n’a encore aucune visibilité sur la réouverture totale du ciel de Madagascar. « Nous nous contentons encore d’accueillir les vols des ces passagers car nous n’avons aucune visibilité sur l’avenir. Les démarches de rapatriement s’enchaînent encore auprès des ambassades.

Le Président de la République a déjà annoncé que l’ouverture des frontières de Nosy Be s’est tenue en début octobre. Toutefois, nous aimerions connaître les mesures prises par les autres Régions », poursuit Lauriane Ranaivo.

A l’heure actuelle, les chiffres sont alarmants pour le secteur du tourisme avec 100 % d’arrêt d’activité, 98 % de chômage technique, un an de perte de revenu, ainsi que 748 millions d’euros de perte de recette. Malgré tout cela, les opérateurs restent optimistes.

« Comme partout dans le monde, le tourisme aura des difficultés à se relever. Mais je pense que les opérateurs seront au rendez-vous lors de la reprises des activités et que chacun d’entre nous va relever les défis qui nous attendent », positive Sandra Afick, directeur exécutif de la Confédération du tourisme de Madagascar.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
  • Assemblée nationale - Deux nouveaux députés à l’Hémicycle de Tsimbazaza
  • Sécheresse dans le sud - Le stockage d’eau comme priorité
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - Mali confirme l’usage de faux par les trois ressortissants malagasy
  • Journée des officiers - Une célébration sobre et symbolique à Iavoloha
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - L’avion de la STA saisi !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit solidaire !
    L’heure est grave ! L’intraitable « Kere » dans le Sud fait fuir des gens. La Covid-19 reprend le poil de la bête. La violence atteint le paroxysme. Les sociétés et entreprises ne sont pas encore sorties de l’auberge des suites des frappes aveugles de la pandémie du coronavirus durant l’année passée. Le moment crucial arrive où nous devons, tous sans exception, faire preuve d’esprit solidaire. Chacun doit se sentir concerné sans être forcément responsables du malheur d’autrui. La solidarité nationale s’avère être la solution la meilleure sinon l’idéal.Dans le Sud, l’intensité de la sécheresse atteint, cette fois-ci, un degré… inhumain. Quand les gens de la région concèdent à fuir ou à abandonner la terre de leurs Ancêtres, leurs animaux d’élevage et leurs activités cela explique une situation inédite voire intenable. Depuis l‘époque coloniale jusqu’à un passé récent, les autorités publiques ont tenté de convaincre les habitants du grand Sud,…

A bout portant

AutoDiff