Publié dans Economie

Relance de la filière « café » - Madagascar mise sur l’introduction de variétés plus performantes

Publié le mercredi, 28 octobre 2020

Le café a figuré dans les principaux produits d’exportation de Madagascar. Dans les années 30, la Grande île a été le principal exportateur de café africain. Toutefois, aujourd’hui, cette filière est particulièrement délaissée. Elle a subi une crise en 1990. La quantité de la production est en constante baisse. Les exportateurs se concentrent surtout sur la vanille et le girofle. Pourtant, le café a aussi du potentiel. Pour soutenir la redynamisation du secteur, le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche à travers le programme DEFIS, un programme de développement des filières agricoles inclusives, mise sur l’introduction de variétés plus performantes, entre autres le biclonal, près de 170 000 en tout et l’extension de la superficie de production. « Auparavant, le café a fait vivre plusieurs milliers de familles de producteurs. Mais actuellement, ces producteurs peignent à se développer. C’est pourquoi nous avons décidé d’implanter une cinquantaine de champs-écoles paysans (CEP) dans les anciennes plantations de café de la Région de Vatovavy-Fitovinany et une centaine d'autres dans de nouvelles plantations. En parallèle, des pépinières de café ont également été construites pour permettre de diffuser les techniques d’entretien et de recepage, sans oublier l’insertion de nouvelles variétés », soutiennent les responsables du programme. Pour ce faire, le programme collabore de près avec la FOFIFA, le Centre national de la recherche appliquée au développement rural .
Ces mesures vont notamment contribuer à l’amélioration de la quantité de la production. En 2016, le pays produisait moins de 10 000 tonnes, soit moins de 1 % de la production mondiale. Et cette quantité diminue au fil des années. Toutefois, pour la campagne 2020-2021, une amélioration est envisagée. La production devrait atteindre les 350 000 sacs de 60 kg, soient environ 21 000 tonnes. Des efforts conséquents doivent ainsi être entrepris pour que Madagascar puisse reprendre sa place d’exportateur de référence en Afrique, sachant que le critère « qualité » des produits est déjà au rendez-vous. « Le café de Madagascar est reconnu par les connaisseurs pour sa qualité exceptionnelle. Les caféiers sont quasiment distribués dans toutes les forêts de l’île et occupent des niches écologiques très variées », rapporte un magazine spécialisé dans la filière. En tout cas, les opérateurs au sein du marché sont prêts à saisir les produits à bon prix.  
Rova Randria

Fil infos

  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
  • Assemblée nationale - Deux nouveaux députés à l’Hémicycle de Tsimbazaza
  • Sécheresse dans le sud - Le stockage d’eau comme priorité
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - Mali confirme l’usage de faux par les trois ressortissants malagasy
  • Journée des officiers - Une célébration sobre et symbolique à Iavoloha
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - L’avion de la STA saisi !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit solidaire !
    L’heure est grave ! L’intraitable « Kere » dans le Sud fait fuir des gens. La Covid-19 reprend le poil de la bête. La violence atteint le paroxysme. Les sociétés et entreprises ne sont pas encore sorties de l’auberge des suites des frappes aveugles de la pandémie du coronavirus durant l’année passée. Le moment crucial arrive où nous devons, tous sans exception, faire preuve d’esprit solidaire. Chacun doit se sentir concerné sans être forcément responsables du malheur d’autrui. La solidarité nationale s’avère être la solution la meilleure sinon l’idéal.Dans le Sud, l’intensité de la sécheresse atteint, cette fois-ci, un degré… inhumain. Quand les gens de la région concèdent à fuir ou à abandonner la terre de leurs Ancêtres, leurs animaux d’élevage et leurs activités cela explique une situation inédite voire intenable. Depuis l‘époque coloniale jusqu’à un passé récent, les autorités publiques ont tenté de convaincre les habitants du grand Sud,…

A bout portant

AutoDiff