Publié dans Economie

Pollution des océans - Les masques comme nouveau fléau

Publié le dimanche, 08 novembre 2020

Madagascar n’est pas épargné. Avec la lutte contre la propagation de la pandémie de coronavirus, l’utilisation des masques et des gants à usage unique s’est particulièrement intensifiée. Sauf que ces produits menacent aujourd’hui nos océans. « Avec la pandémie de coronavirus, au niveau mondial, environ 75 % des masques utilisés ainsi que d'autres déchets liés à la pandémie se retrouvent dans les décharges ou flottent dans les mers », rapporte le ministère de l’Environnement et du Développement durable sur sa page Facebook.

De plus, faits de plastique, ces produits prendront plus de 400 ans à se dégrader, ce qui pourrait nuire considérablement à la population marine. Après les déchets en plastique et les produits pétroliers, les masques sont désormais devenus la nouvelle menace qui pèse sur les océans. Aussi, le secteur de l’environnement ne sera pas le seul concerné et l’économie bleue sera considérablement touchée. Alors qu’à Madagascar, la survie de près d’un million de personnes dépend de ce secteur. 

Gestion des déchets 

Face à cette situation, il est important pour tous, et pas seulement pour les autorités locales, de prendre des initiatives pour une meilleure gestion de ces déchets. « L’utilisation des masques lavables et réutilisables constitue une alternative plus respectueuse de l’environnement, mais toujours dans la préservation de notre état de santé », soutiennent les responsables au niveau du ministère. Outre cela, chaque citoyen doit également veiller à ne pas jeter leurs masques réutilisables ou non n’importe où, au risque de contaminer nos concitoyens et de polluer davantage notre environnement. Dans ce sens, chacun devra veiller à détruire ou incinérer ces déchets afin de lutter contre d’éventuels risques de propagation de maladies. Une organisation de collecte des masques usagés pourrait également être créée pour permettre un meilleur traitement de ces déchets. Des solutions doivent être multipliées pour préserver l’environnement et la santé de tous. 

Rova Randria 

Fil infos

  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
Pub droite 1

Editorial

  • Pour qui sonne… !
    Pour qui sonne le glas ! Le jour fatidique arrive. La session extraordinaire (la première d’ailleurs) du Sénat se tient en ce deuxième mardi comme le veut la Constitution. En effet, dans l’Art 78, par analogie aux dispositions légales qui régissent l’Assemblée nationale, le Sénat se réunit le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats. Une session spéciale qui, pour le cas présent, met fin définitivement à l’existence du Sénat (ancienne formule) et met sur les rails définitivement le Sénat (la nouvelle formule). Le Sénat est mort, vive le Sénat ! Et pour qui sonne… la sonnerie de la mort ? Le dernier bastion du régime HVM s’écroule et le dernier bataillon radicalisé défendant les causes de l’ancien régime bleu et surtout du Président déchu Rajaonarimampianina évacué. En 2015, au point culminant de la puissance sans partage du parti au pouvoir HVM, le régime Rajaonarimampianina saccagea la Chambre haute.…

A bout portant

AutoDiff