Publié dans Economie

Mamy Ravatomanga, récipiendaire de la dignité de Grand-Croix de 2ème classe

Publié le jeudi, 10 décembre 2020

Le grand patron du groupe SODIAT a été décoré Grand-Croix de 2ème classe, lors de la cérémonie de célébration du centenaire de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo.

 

Une récompense pour 30 années de performance

« Le groupe de la Performance », voilà le slogan de ce groupe dirigé par Maminiaina Ravatomanga, dit Mamy. Un slogan bien choisi, oserait-on dire, quand on fait un throwback sur les réalisations de ce groupe, et surtout si l’on regarde son point de départ.

En trente années d’existence, Mamy Ravatomanga s’est lancé dans des secteurs très variés comme la santé, la presse audiovisuelle, la maintenance pétrolière et le BTP, l’hôtellerie et bien d’autres encore.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette élévation à la dignité de Grand-Croix de 2ème classe est une récompense parfaitement appropriée pour cet industriel, parti de rien et qui constitue pourtant un pilier de l’économie à Madagascar.

Une célébration sous le signe de l’humilité

Ayant vu le jour en 1990, le groupe SODIAT en est à sa trentième année d’existence. Quel patron ne serait pas fier de se voir décerner une dignité comme le Grand-Croix de 2ème classe ?

Pourtant, les premiers mots du numéro 1 du groupe SODIAT ont été adressés à ses collaborateurs, qui selon lui, y sont pour beaucoup dans la pérennité de son aventure entrepreneuriale.

Une preuve d’humilité qui, sans nul doute, contribue également de manière importante à la réussite de ce groupe.

Fil infos

  • 8 mars - Madagascar honore toujours ses femmes
  • Président Andry Rajoelina - « Que les forces des ténèbres soient vaincues »
  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Journée des combattantes
    8 mars, jour-J ! « Journée internationale de la femme » ce jour. Journée de l'année spécialement dédiée aux réflexions, sinon à la mise pour la énième fois sur le plateau du débat relatif aux droits fondamentaux du genre féminin. L'ONU, Organisation des Nations unies, adopte en Assemblée générale en 1977 une résolution historique reconnaissant la date de 8 mars comme étant une Journée mondiale de la femme. Et que tous les pays membres épris de liberté et respectant les droits humains, notamment ceux de la femme ont le devoir voire l'obligation de consacrer ce jour-là à une réflexion approfondie et à organiser ainsi des manifestations officielles se rapportant sur les droits de la femme. Madagasikara tient, tous les ans, à rendre hommage à cette journée hautement symbolique.

A bout portant

AutoDiff