Publié dans Economie

Fonction publique - Les employés de courte durée devenus cotisants à la Caisse de retraite

Publié le lundi, 21 décembre 2020


Un grand changement. Le Conseil du Gouvernement a accordé l’affiliation des employés de courte durée (ECD) à la Caisse de retraite des agents de l’Etat. Une décision prise, samedi dernier, à la salle de réunion de l’Académie militaire d’Antsirabe. En effet, ces fonctionnaires contractuels n’ont jamais été intégrés dans ce système.
D’une part, cette nouvelle disposition réjouit les ECD car elle sous-entend une stabilité de leur emploi. Mais d’autre part, l’inquiétude règne par rapport à leur statut. « Il faut noter qu’on renouvelle notre contrat chaque année. Que devient notre cotisation à la Caisse de retraite si par malheur notre contrat ne sera pas renouvelé ? On espère que le Gouvernement prévoit une embauche des ECD à travers cette décision », se demande un ECD voulant garder l’anonymat.
Par ailleurs, la décision prise en Conseil des ministres le 17 avril 2019, portant sur la suspension des recrutements des ECD, demeure en vigueur. « Cette mesure n’a pas encore été levée. Nous améliorons la situation des ECD actuels. Le basculement de leur statut en employés de longue durée (ELD) appartient au directeur des Ressources humaines auprès de chaque ministère. Et ce, en fonction des postes budgétaires car leur solde sera payé grâce au budget de fonctionnement de l’établissement concerné », déclare Mahadigny Gérard Bernardin, directeur de la Fonction publique, en marge du lancement officiel du logiciel AUGURE ou Application unique pour la gestion uniforme des ressources humaines de l’Etat. Par ailleurs, les mesures d’assainissement et de redéploiement du personnel de l’Etat se poursuivront afin de répondre aux impératifs liés à la mission gouvernementale.

Les dépenses en matière de personnels représentent 31 % du budget général de l’Etat. Dans la loi de Finances initiale 2021, le montant est établi à 3 182 milliards d’ariary, soit un accroissement de 8,8 % par rapport à la loi de Finances rectificative (LFR) 2020. Cette variation résulte principalement des recrutements prévus dans le secteur de l’éducation nationale et celui de la sécurité publique. Ces dépenses sont composées, d’une part, de celles liées au solde à hauteur de 2 958,4 milliards d’ariary, contre 2 698,5 milliards d’ariary dans la LFR 2020, et d’autre part, des indemnités estimées à 223,6 milliards d’ariary, contre 224,9 milliards d’ariary dans la LFR 2020. Suivant les instructions émises en Conseil du Gouvernement, aucune rémunération salariale ne sera plus supportée au niveau des Programmes d’investissements publics (PIP).

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière
  • Barea de Madagascar - Ne tirez pas sur l’artiste Dupuis !
  • Tests Covid-19 - Attention aux faux négatifs !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un couple battant
    Le jeune couple ne se laisse guère abattre. Moralement et physiquement solides, le Chef de l’Etat et la Première dame tiennent bon et ce en dépit des attaques sordides.

A bout portant

AutoDiff