Publié dans Economie

Graphite de Madagascar - Le plus connu et la plus haute qualité au monde

Publié le jeudi, 07 janvier 2021


Madagascar fait partie des six principaux producteurs mondiaux de graphite aux côtés de l’Inde et de la Chine. Même si la production du pays n’est pas encore de grande quantité actuellement, le graphite de la Grande île se distingue surtout pour sa qualité. « Le Molo, dans le Sud-ouest de Madagascar, se classe comme l’un des gisements de graphite en flocons le plus connu et de la plus haute qualité au monde. Aujourd’hui, la qualité de son graphite en flocons fait la réputation de Madagascar dans le monde entier» vante NextSource Materials, une société canadienne de développement minier, détenteur du projet de graphite Molo. Et cette entreprise n’est pas la seule à reconnaître la valeur de ce produit et à le mettre en avant. Le BlackEarth Minerals NL examine également plusieurs opportunités de traitement du graphite à valeur ajoutée en aval pour son projet de graphite Maniry, toujours dans le Sud du pays. « Le graphite de Maniry répond effectivement aux spécifications requises pour les applications dans les industries des batteries extensibles, réfractaires et lithium-ion », qualifie un média australien. A cet effet, le graphite peut devenir le nouveau filon de Madagascar surtout avec la demande croissante du segment des batteries de véhicules électriques, où le graphite est un élément clé. Une opportunité à saisir sachant que la production de nickel et de cobalt, principaux produits miniers d’exportation de l’île Rouge, est pratiquement en arrêt suite à la crise économique générée par la pandémie de coronavirus. Le cours de ces métaux a aussi dégringolé au cours des derniers mois. 
Une année prometteuse
Dans tous les cas, cette année promet d’être fructueuse pour le secteur. Entre la reprise et le démarrage de nouvelles activités, 2021 sera ponctuée d’événements plus que positifs pour le développement de la production de graphite pour le pays. Le projet Molo figure par exemple parmi les projets en Afrique qui redémarreront cette année. Pour rappel, ce projet a déjà finalisé son étude de faisabilité en 2019. Sur la base de cette étude, NextSource Materials entend produire pour les deux premières années 17 000 tonnes par an. De même, l’étude de faisabilité du projet Maniry est également en cours. Une fois finalisée, elle passera tout de suite à l'exécution du projet, y compris les contrats d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction (EPC) et d'ingénierie, d'approvisionnement, de construction et de gestion (EPCM). D’autre part, la société indienne Tirupati Graphite compte mettre en service son projet Vatomina au second trimestre de l’année avec une production prévisionnelle de 6 000 tonnes par an. Il reste à attendre donc les impacts de ces projets sur l’économie du pays en termes de revenus mais aussi de création d’emplois.
Rova Randria

Fil infos

  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière
  • Barea de Madagascar - Ne tirez pas sur l’artiste Dupuis !
  • Tests Covid-19 - Attention aux faux négatifs !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un couple battant
    Le jeune couple ne se laisse guère abattre. Moralement et physiquement solides, le Chef de l’Etat et la Première dame tiennent bon et ce en dépit des attaques sordides.

A bout portant

AutoDiff