Publié dans Economie

Pandémie de Covid-19 -  « La recherche de financement extérieur devient difficile » dixit le ministre de l’Economie et des Finances

Publié le jeudi, 03 juin 2021

« Un vrai combat entre les pays ». C’est la description qu’a attribuée Richard Randriamandrato, ministre de l’Economie et des Finances (MEF) sur la recherche de financement extérieur durant cette deuxième vague de coronavirus. Il l’a répété à maintes reprises durant ses interventions, que ce soit pendant les conférences ou devant les Parlements.

Le Gouvernement privilégie les prêts à taux d’intérêt faible dit prêts concessionnels, afin de contenir l’augmentation de la dette publique alors que ces types de financement sont limités. Il faut mobiliser les recettes afin de répondre aux besoins accrus en matière de dépense. « On assiste actuellement à un nouveau paysage des finances publiques et de la finance internationale. L’économie mondiale est aujourd’hui une économie de la Covid- 19. Notre défi le plus robuste consiste à mobiliser plus de recettes fiscales et défendre les potentialités de notre pays » avance Richard Randriamandrato. A noter que le taux de pression fiscale est de 10% cette année.

Des négociations en cours

Concernant le financement extérieur, quatre financements sont actuellement en cours de négociation selon le dernier rapport du ministère de tutelle. Le Gouvernement négocie avec la Banque mondiale l’activation des ressources des Composantes d'intervention d'urgence contingente - Mécanisme de riposte immédiate (CERC-MRI) à hauteur de 123 millions de dollars. Le fonds sera affecté dans le secteur de la santé, les mesures d’urgence sociales et le financement du secteur privé. Une partie a été mobilisée dans le projet Pôle intégré de croissance (PIC) récemment approuvé par l’Assemblée nationale.  Le ministre se rapproche également du fonds des Nations unies pour la consolidation de la paix afin d’accompagner les institutions de proximité de gestion de la réponse à la Covid-19 et de consolider et accélérer les acquis de la paix à Madagascar durant la crise. Le projet s’élève respectivement à 1,75 et 1,51 millions de dollars. Un financement de 0,82 million de dollars du Fonds international de développement agricole (FIDA) figure également dans la liste afin d’appuyer la commercialisation de produits agricoles (PACPA). Malgré tout cela et tous les financements déjà approuvés, « la dette de Madagascar reste maîtrisée », soutient le ministre.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau
Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff