Publié dans Economie

Route reliant Moramanga et Ambatondrazaka - Plus de la moitié des travaux achevés

Publié le dimanche, 18 juillet 2021


Pari tenu pour les dirigeants. Les travaux de réhabilitation de la route reliant Moramanga et Ambatondrazaka (RN 44) suivent leur cours. D’après le ministre de l’Aménagement du Terrotoire et des Travaux publics, Hajo Andrianainarivelo, vendredi dernier, lors d’une descente sur les lieux, « la première phase de la réhabilitation de la RN44 est déjà achevée à 66 %, et ce, malgré les contraintes dues à la crise sanitaire sévissant actuellement dans le pays. Quant à la deuxième phase, elle a pris un peu plus de temps que prévu. Toutefois, après les échanges avec l’entreprise en charge de ce projet, les travaux de terrassement devraient être finalisés d’ici la fin de cette année ». En effet, les travaux de bitumage de la RN44 sur près de 113 km se déroulent sur deux phases. La première se concentre sur les 40 km reliant Marovoay et Amboasary Gare. La deuxième phase se chargera des 73 km restants partant d’Amboasary Gare jusqu’à Vohidiala. « Les entreprises en charge des travaux feront notamment en sorte de respecter les délais fixés au départ du projet, malgré les aléas sanitaires », rassure le ministre. Bientôt, le calvaire des usagers de cette route prendra donc fin. Cela fait des décennies que la RN44 a fait l’objet de promesses électorales. Mais cette fois-ci, la promesse est enfin tenue. Et le résultat est bien visible. Ceux qui empruntent cette route quotidiennement peuvent déjà avoir un avant-goût de ce que sera la RN44 d’ici quelques mois. 

De qualité
Dans les détails, avec un coût total de plus de 65 milliards d’ariay, cette route nationale reliant Moramanga et Ambatondrazaka se diffère surtout des autres de part sa grandeur, avec une largeur de plus de 7 mètres et l’épaisseur du bitume, sans oublier ses bordures. De nouvelles normes et structures de chaussées ont été établies dorénavant pour avoir des infrastructures routières de qualité et durables. « Une fois les travaux terminés, la qualité de cette route servira à établir la norme pour une construction durable des routes à Madagascar. En tout cas, jusque-là en tant que partenaire de ce projet, nous sommes particulièrement satisfaits des travaux déjà réalisés. Et nous sommes convaincus que ce projet sera mené à terme dans le respect des normes. Il ne faut pas oublier que les routes sont les poumons économiques d’un pays, d’où tout l’intérêt de construire des infrastructures qui durent », a soutenu Marie-Chantal Uwanyiligira, responsable des opérations de la Banque mondiale pour Madagascar, partenaire dans la réhabilitation de la RN44. Pour maintenir cette qualité des travaux, les opérateurs en charge s’activent pour respecter le cahier des charges. «Nous veillons au grain pour que cette infrastructure se conforme aux normes environnementales et préserve en parallèle les personnes impactées », note Hajo Andrianainarivelo.
Les 160 km de route pour aller à Ambatondrazaka ne seront plus, pour très bientôt, qu’un trajet d’un peu plus de trois heures, contre un calvaire de huit heures auparavant. Les rizières de l’Alaotra seront ainsi enfin accessibles, et les produits de cette Région pourront facilement être écoulés à travers toute l’île, pour au final contribuer au développement de la Région d’Alaotra-Mangoro.
La Rédaction

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff